Entretien avec François David


Tous les entretiens
En 1998, François David crée Møtus une maison d’édition tournée au départ vers les adultes autour d'un genre qu'il affectionne : la poésie. Aujourd’hui cet éditeur atypique et indépendant s’adresse principalement aux enfants et publie des livres souvent inclassables, de courtes histoires drôles, émouvantes en passant par la poésie bien sûr, des poèmes-affiches, des contes ou encore des livres-objets. Sans plus attendre découvrons cette maison d’édition qui aime surprendre et défend l’exigence et qui en 2008 fête leur 20 ans. Entretien avec François David, fondateur des éditions Møtus.
Mis en ligne en juin 2008
La maison d'édition Motus a 20 ans. Un événement que vous allez fêter ?
François David : Très simplement. Nous avons voulu marquer cet anniversaire en publiant un livre particulièrement soigné. Il s'agit de « L'enfant de la neige ». Il y aura aussi en novembre et décembre, quelques rendez-vous à Chartres : exposition d'originaux, de livres-objets de la maison d'édition, et des lectures de textes par une compagnie.


Au départ, Motus n'était pas dirigé vers la jeunesse. Pouvez-vous rappeler les raisons de cette évolution ?
François David : La poésie trouvait difficilement ses lecteurs. Une nouvelle orientation s'imposait. Nous avons demandé à certains auteurs qui avaient déjà publié chez nous, des titres jeunesse. Comme à Michel Besnier par exemple.




La poésie est toujours présente chez Motus ?
François David : Oui, car c'est le plus beau des genres. C'est une forme avant d'être une histoire. Une forme originale, musicale. La collection « Pommes, pirates, papillons » lui est dédiée. Nous avons, chez Motus, une préférence pour ce qui est court, et une grande méfiance vis-à-vis du bavardage. D'où le doigt sur la bouche : l'esprit et l'image de la maison d'édition. Avec la série de livres-objets, nous avions déjà, au départ, envie de faire découvrir la poésie autrement. Elle compte des titres qui ont bien marché et plaisent toujours. Ainsi « La petite fille aux allumettes n'est pas morte » (un poème présenté dans une boîte d'allumettes) a été réédité 7 ou 8 fois...




Combien de titres publiés depuis la création de Motus ?
François David : Il y en a eu cent en vingt ans. Dont une soixantaine qui sont toujours disponibles.




Vingt ans après, qu'est-ce qui n'a pas changé ?
François David : Le degré d'exigence et l'envie de faire des beaux livres : des titres qui font à chaque fois l'objet d'une recherche particulière et nouvelle. Nous essayons de créer des livres étonnants pour le jeune public, sans être hermétiques.


Y a-t-il des auteurs ou des illustrateurs présents depuis le début ?
François David : Oui, il y a une petite famille de gens attentifs aux mêmes choses, qui partagent les mêmes exigences et degrés d'invention. Comme Marc Solal ou Michel Besnier. Nous donnons aussi leurs chances à des personnes qui publient chez nous leur premier titre.




Vous n'aimez pas l'idée de collection...
François David : Non, car chaque titre est en quelque sorte inclassable. Mais il y a quand même des titres qui appartiennent à des collections. Nous avons ainsi lancé « Mouchoir de poche » il y a trois ans. Elle comprend 17 titres. Ce sont de courtes histoires drôles, émouvantes. Ici, on met l'accent sur l'auteur. C'est lui qui illustre le texte.


Vos prochains projets ?
François David : Il y aura notamment un recueil de Pierre Albert-Birot, grand poète du XXe siècle et puis un nouveau livre de Michel Besnier illustré par Henri Galeron. Difficile d'évoquer les projets car on essaie de garder une certaine liberté et une place aux surprises.

Pascale Pineau



Voir la page møtus sur Ricochet
Voir aussi : La biographie de François David sur Ricochet
new