Entretien avec Beth Fantaskey


Tous les entretiens
Beth Fantaskey est née et vit en Pennsylvanie. Elle est titulaire d’un master de journalisme, et enseigne aujourd’hui à l’Université. Ecrivain polyvalent, elle a, tout au long de sa carrière, rédigé des textes aussi divers que des newsletters, des discours, des articles et des nouvelles littéraires. Comment se débarrasser d’un vampire amoureux est son premier roman. Il a connu un très grand succès aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Elle a publié une suite à son livre, disponible uniquement en ligne. Elle travaille actuellement à la rédaction de son deuxième roman, dont la publication est prévue pour l’été 2010 aux Etats Unis.
Mis en ligne en avril 2010
Beth Fantaskey (http://www.bethfantaskey.com/about.html)

- "Comment se débarrasser d’un vampire amoureux ?" est votre premier roman, vous êtes encore peu connue en France. Quel a été jusqu’ici votre parcours ?
Beth Fantaskey : C’est toujours amusant d’essayer de se présenter en quelques phrases! Je suis professeur à l’université (une petite structure privée, Susquehanna University), et j’ai par le passé travaillé comme journaliste et rédactrice de discours politiques. Je suis mariée à Dave depuis treize ans, et nous avons deux enfants de cinq et six ans. Je vis dans une petite ville de Pennsylvanie, mais j’adore voyager dès que j’en ai l’occasion.

- Votre roman a eu beaucoup de succès aux Etats Unis et en Grande Bretagne. C’est une vraie réussite pour un premier roman…
B.F : Je ne m’attendais pas du tout à un tel succès. Tout ce que je désirais, au départ, c’était voir mon livre en librairie. C’est incroyable de voir ce roman aujourd’hui traduit en français, et bientôt publié en Australie, en Espagne, en Turquie… J’ai du mal à y croire. Je suis très reconnaissante envers toutes les personnes qui ont lu et, dès le début, soutenu ce livre !

- L’intrigue de "Comment se débarrasser d’un vampire amoureux ?" rappelle celle de la célèbre saga "Twilight", comme beaucoup de romans jeunesse en ce moment. Trouvez-vous que cette vague « Bite Lit » permet à des romans comme le vôtre d’être publiés plus facilement aujourd’hui ?
B.F : J’ai écris ce livre en 2006, au moment où la mode des vampires commençait à vraiment décoller. Je n’ai pas réalisé que les vampires allaient soudainement devenir si populaires. Je connaissais l’engouement du public pour le « paranormal », mais je ne faisais pas le rapprochement entre cela et les vampires. Néanmoins, je suis bien sûr consciente que le succès de Twilight a joué un rôle important dans le succès de mon propre roman. De nombreux lecteurs m’écrivent dans leurs mails qu’ils ont découvert mon livre après avoir fini la saga de Stephenie Meyer. Afin de remplir le vide laissé à la fin de la lecture des quatre volumes, ils ont décidé de lire le mien qui a un thème similaire, et heureusement ils l’ont aimé !
Pour autant, je ne sais pas si c’est plus facile de publier ce genre d’ouvrage aujourd’hui. Cela fait plus de trois ans que j’ai été publié, alors je pense que d’autres modes vont bientôt voir le jour. Et qui sais ce que ce sera ? J’entends beaucoup parler de zombies en ce moment !

- Comment vous est venue l’idée d’écrire un roman jeunesse en particulier?
B.F : Lorsque j’ai écris Comment se débarrasser d’un vampire amoureux ?, j’étais très naïve. Je ne me rendais pas compte que la littérature « pour adolescents » était vue comme si différente de la littérature « pour adultes ». Tout ce que je savais, c’est que je voulais raconter l’histoire d’une adolescente – du coup, cela a directement fait de mon livre un roman jeunesse. J’aime cette étiquette pourtant, car je trouve que c’est très interactif. Les jeunes qui me lisent s’investissent beaucoup dans la lecture, et communiquer avec eux est pour moi le meilleur côté du métier d’écrivain.

- Dans votre roman, le cœur des vampires bat, leurs dents poussent à l’adolescence… Etait-ce intentionnel et important pour vous de réinventer certains aspects du mythe des vampires ?
B.F : Le monde vampirique que j’ai dépeint dans mon roman sort complètement de mon imagination. Les seuls vampires qui m’étaient un tant soit peu familiers étaient ceux de Bram Stoker. Certains des mythes des histoires classiques – comme le fait que les vampires se consument au soleil – ne fonctionnaient pas dans mon histoire. Je voulais, par exemple, que mon personnage principal, Lucius, aille au lycée, il devait donc être capable de sortir en plein jour. Et je voulais qu’il soit vraiment un personnage puissant, et pas un simple vampire effrayé par une croix ou une gousse d’ail ! Je souhaitais aussi que mon héroïne, Jessica, devienne vampire progressivement pendant son adolescence, j’ai donc également inventé des mythes entourant sa transformation. C’était vraiment amusant pour moi de jouer avec ces codes, ces traditions et de les réinventer.

- Le style de votre roman est très nuancé, parfois drôle, parfois très sombre…
B.F : Le terme « humour noir » est sûrement celui qui correspond le plus à mon roman. C’est vrai que le style est nuancé : l’histoire commence d’une façon assez légère et drôle, puisque l’on assiste à l’arrivée de Lucius, grand prince Roumain, au beau milieu de la campagne américaine et au sein d’une famille végétarienne ! Mais plus lui et Jessica plongent en eux-même et découvrent leurs vraies natures, plus l’histoire devient noire et intense.

- Vous êtes très proche de vos fans via Internet. Influencent-ils votre écriture d’une quelconque manière ?
B.F : L’une des choses les plus passionnantes lorsque l’on écrit des livres, c’est d’apprendre à connaître les lecteurs. Je me suis fait des amis fantastiques aux quatre coins du monde grâce à la publication de ce livre, c’est incroyable, et je n’imaginais pas que cela pourrait arriver !
J’ai laissé carte blanche aux fans, sur mon site, pour écrire le chapitre du mariage entre Jessica et Lucius. L’été dernier, les lecteurs on ainsi pu voter et élire la robe qu’allait porter Jessica, le lieu de son mariage avec Lucius – ils ont même pu choisir si Lucius devait embrasser ou plutôt mordre Jessica pour sceller leur amour. J’ai compté tous les votes et écrit ce chapitre en fonction de leur choix. C’était pour moi une façon de laisser aux lecteurs un droit de regard sur le livre, de se l’approprier, et j’ai trouvé formidable de collaborer avec eux. J’étais vraiment triste lorsque tout à été terminé. Mon mari aime bien me taquiner avec cela : il dit que j’ai eu plus de plaisir à planifier le mariage de Jessica et Lucius que le nôtre !

- Vous organisez régulièrement des concours sur votre site Internet, où les fans peuvent gagner des cadeaux et des livres dédicacés. Pouvez-vous nous en dire plus ? Vous semblez prendre beaucoup de plaisir à organiser tout ça !
B.F : En effet! J’adore ça! Pour moi, c’est comme organiser une grande fête où j’inviterais tous les gens qui ont eu la gentillesse de s’investir dans mon roman. Et les fans sont vraiment aux anges quand ils gagnent – et ils sont si gentils de laisser des commentaires sur le site même lorsqu’ils ne gagnent pas – que j’ai envie de continuer à en organiser beaucoup.

- Vous avez posté sur Internet une suite à Comment se débarrasser d’un vampire amoureux? Sera-t-elle un jour publiée en livre ?
B.F : Pour le moment, il n’est pas prévu de la publier. C’est juste un « merci » gratuit aux fans qui souhaitaient voir Jess et Lucius se marier. Mais les chapitres resteront longtemps postés sur le site, et les lecteurs peuvent tout à fait les imprimer et en faire un livre. Je sais que ce n’est pas aussi bien qu’un « vrai » livre, mais c’est tout ce qui est disponible pour le moment…

- Pouvez-vous nous parler de votre prochain roman, Jekel loves Hyde ?
B.F : Jekel loves Hyde parlent de deux adolescents qui découvrent qu’ils partagent une mystérieuse – et sûrement mortelle – connexion avec le roman L’étrange cas du Dr Jekyll et Mr Hyde. Au fil de leurs recherches, ils deviennent de plus en plus proches, et de plus en plus dangereux l’un pour l’autre. J’ai déjà posté un extrait du roman sur mon site officiel, bethfantaskey.com.

- J’ai lu le premier chapitre de Jekel loves Hyde sur votre site. La première phrase est très frappante et très émouvante : est-ce que ce roman inscrira les personnages dans un univers plus adulte que Comment se débarrasser d’un vampire amoureux ?
B.F : Le personnage principal, Jill, a été confronté à la mort très jeune, et a dû grandir plus vite que les autres enfants. D’une certaine manière, c’est elle le parent au sein de sa famille. Mais elle reste une adolescente innocente, en ce qui concerne le sexe, l’amour etc. Tout comme Jessica dans mon premier roman, Jill évolue énormément au fil des pages (d’une façon très drôle et surprenante) en aidant Tristen, le héros, à reconstituer son histoire et elle découvre en même temps la part sombre qu’elle porte en elle-même.

Christelle LORIN, licence professionnelle métiers de l’édition, spécialité bibliothèques, médiathèques, de l’IUT Paris Descartes.

- http://www.bethfantaskey.com : site officiel de l’auteur, très complet.

Illustrations

Couverture de Jessica’s guide to dating on the dark side, publié en anglais chez Harcourt Publishing (2009).

http://www.bethfantaskey.com/guide.html


Première de couverture de Comment se débarrasser d’un vampire amoureux, édition française publiée chez Le Mask (2009).

http://www.lemasque.com/auteurs/le-masque-auteur-000000080061-Beth-Fantaskey-biographie-bibliographie-hachette.html


Couverture de Jekel loves Hyde, publié courant 2010 chez Harcourt Publishing.

http://www.bethfantaskey.com/jekel-contest.html
Voir aussi : La biographie de Beth Fantaskey sur Ricochet
new