Entretien avec François Roca


Tous les entretiens
Mis en ligne en janvier 2005
Depuis 1996, François Roca travaille pour l'édition jeunesse où il s'est imposé en tant qu'illustrateur. La plupart de ses albums ont été réalisés en collaboration avec Fred Bernard, auteur qu'il a rencontré à l'Ecole Emile Cohl à Lyon. Tout récemment, ce tandem a publié " L'Indien de la tour Eiffel " aux éditions du Seuil. Rencontre avec Pascale Pineau...




Pascale Pineau : Qu'est-ce qui vous a amené à travailler pour la littérature jeunesse ?
François Roca : A la fin de mes études, je n'avais pas d'envies particulières. J'avais des projets plutôt sombres, assez noirs même ; j'ai commencé par faire des peintures à l'huile expressionnistes, des portraits. Et puis un projet mené avec Fred Bernard a plu à une maison d'édition. Cela a marqué le début de notre collaboration. L'édition jeunesse est à mon avis une chance pour les créateurs, elle leur permet de s'exprimer avec une grande liberté. C'est pourquoi je m'y plais énormément.

Pascale Pineau : Qu'est-ce qui explique votre forte collaboration avec Fred Bernard, sur quoi repose-t-elle ?
François Roca : Sur notre amitié tout d'abord. Nous avons aussi à peu près le même âge, avons eu les mêmes lectures, aimé les mêmes films. Nous avons une passion commune pour les romans d'aventure, les récits mystérieux et partageons le désir de raconter des histoires qui parlent de voyage, de découverte, d'animaux…

Pascale Pineau : Travailler avec Fred Bernard ou avec un autre auteur, qu'est-ce que cela change pour vous ?
François Roca : Beaucoup de choses. Avec Fred, je travaille très en amont. On décide ensemble du thème, de l'univers, de l'histoire. On discute beaucoup du projet que l'on souhaite faire. Parfois, c'est moi qui lance un sujet comme par exemple pour " Jeanne et le Mokélé ". J'avais envie d'une aventure qui se déroule en Afrique. Ce qui est épatant, c'est qu'avec Fred, j'ai des textes sur mesure. Ainsi, c'est arrivé qu'un passage soit modifié pour que je puisse illustrer une scène de bataille ou y placer un quelconque personnage. Bien sûr, il faut que l'ensemble reste cohérent. Pour chaque album, on imagine ensemble, on rêve ensemble.

Pascale Pineau : Cela fait maintenant une dizaine d'albums créés ensemble ? L'imagination ne s'épuise pas ?
François Roca : On essaie de changer d'univers à chaque fois. Fred aime aussi varier son écriture. Le récit peut avoir des allures de carnet de bord, de journal intime, d'enquête policière. Pour moi, en tant qu'illustrateur, la variation est moins présente mais le ton est quand même différent d'un album à l'autre.


Pascale Pineau : Cela vous arrive tout de même de travailler avec d'autres collaborateurs ?
François Roca : Oui bien sûr. Fred et moi réalisons à peu près un album par an, parfois deux. C'est à présent notre rythme de croisière. Mais je travaille sur d'autres projets. Je réponds à différentes demandes des maisons d'édition et je travaille de temps en temps pour la presse magazine, essentiellement pour Télérama.

Pascale Pineau : Avez-vous envie de travailler avec certains auteurs en particulier ou d'illustrer des textes classiques ?
François Roca : Je n'ai pas spécialement de souhaits. En ce qui concerne les titres plus classiques, je pourrais être intéressé, oui certainement. Mais s'il s'agit des versions originales et non de textes remodelés. J'ai tout de même une préférence pour les histoires que je crée avec Fred. Il y a un réel plaisir à faire du nouveau, même si cela renvoie à des choses déjà plus ou moins abordées. On y met ce qu'on veut, c'est une démarche ouverte.


Pascale Pineau : Avez-vous une préférence pour un de vos albums ?
François Roca : Tous me sont proches pour une raison ou une autre, mais " Jésus Betz " représente un fort et long investissement. Le projet a été mené sur plusieurs années. A mon avis, de tous les albums que nous avons faits, c'est le plus abouti. Et puis, il représente un tournant dans mon travail, comme dans celui de Fred.

Pascale Pineau : Justement au cours de ces dix dernières années, comment votre travail a évolué ?
François Roca : " Jésus Betz " est un projet que nous avons porté longtemps. L'idée de parler de monstres de foire dans un album pour la jeunesse ne plaisait pas trop aux maisons d'édition qui nous disaient : " faites autre chose ". Le succès qu'il a remporté nous a ouvert une porte en grand. C'est un album charnière. A partir de là, nous avons pu réaliser des ouvrages s'adressant à un large public, et pas seulement aux jeunes. C'est ainsi que nous avons publié assez facilement " L'Homme-Bonsaï " et puis dernièrement " L'Indien de la Tour Eiffel ". Auparavant, les textes comme les illustrations avaient un ton beaucoup plus jeunesse. A présent, c'est plus réaliste et peut-être plus dur. Mais ça marche toujours très bien auprès des enfants.
En ce qui concerne mes illustrations, il y a eu, là encore, un tournant avec " Jésus Betz ". Pour ce titre, je me suis remis à la peinture à l'huile que j'ai toujours adorée, mais que j'avais abandonnée pour l'acrylique, qui présente un avantage pratique : celui de sécher rapidement. L'huile permet par contre d'obtenir de bien meilleurs effets pour celui qui veut travailler la lumière. Passer à l'huile m'a permis de me renouveler. Ce ne sont pas les mêmes sensations, ni les mêmes résultats. Il y a plein de petits détails qui font la différence.

Pascale Pineau : Les temps de séchage ne vous posent pas de problème particulier ?
François Roca : En fait, cela n'est pas une gêne. Je travaille différemment c'est tout. J'ai toujours plusieurs illustrations en cours et finalement je m'aperçois que cela me permet d'avoir une vision d'ensemble que je n'avais pas auparavant.

Pascale Pineau : En voyant vos illustrations, on se dit que vous avez une grande admiration pour des artistes comme Ingres, Caravage, Georges de la Tour mais aussi Vermeer et Goya. Allez-vous beaucoup dans les musées et les galeries ? Qu'est-ce qui nourrit votre imagination aujourd'hui ?
François Roca : Je suis beaucoup allé dans les musées. A présent, je ne prends plus tellement le temps pour cela. Je vais plus au cinéma…Mais quand je travaille sur un album, je regarde quand même ce qui a été fait en peinture sur l'époque ou le thème que j'aborde à ce moment-là. Cela permet de voyager dans l'Histoire avec un grand " H ". Par contre, Fred et moi n'avons jamais fait de choses contemporaines. Elles nous font moins rêver.

Pascale Pineau : Quels sont vos projets ? Et avez-vous envie d'écrire vos propres textes ?
François Roca : Je travaille avec Fred sur un album qui parlera encore des Indiens. Mais le héros sera cette fois un cheval. On n'y parlera pas des hommes blancs. Quant à écrire des textes, non, ce n'est pas mon truc…

Voir aussi : La biographie de François Roca sur Ricochet
new