Entretien avec Anthony Browne


Tous les entretiens
Mis en ligne en octobre 1997
Réalisé en partenariat avec


Anthony Browne est né le 11 septembre 1946 à Sheffield. Il fait ses études de graphisme au Leeds College of Art. Il a d'abord été illustrateur médical. Ensuite il crée des cartes de voeux et des affiches. Il publia son premier livre en 1976. Il est lauréat de nombreux prix à travers le monde et notamment du prestigieux Prix Andersen pour l'année 2000. Il se consacre maintenant entièrement à la littérature enfantine.

1. Vous rappelez-vous du premier dessin dont vous étiez vraiment satisfait ?
C'était des peintures détaillées d'un rat disséqué que j'avais faites pour un entretien pour un cours d'illustration médicale. (Je n'ai pas été accepté.)

2. Où avez vous étudié l'art ?
J'ai étudié le dessin à la faculté d'art de Leeds.


3. Quel est votre outil favori pour les livres d'images, et pourquoi ?
Les peintures à l'eau, certainement parce que j'y suis habitué. Elles me permettent de travailler rapidement , et elles sèchent vite. J'ai tendance à les utiliser d'une manière plus contrôlée qu'à l'habitué - une technique que j'ai apprise quand j'ai failli devenir un artiste médical.

4. Votre travail est-il juste illustratif, ou avez-vous déjà exposé d'autres travaux ?
J'ai déjà peint des images pour le plaisir, mais elles semblent toujours raconter une histoire.


5. Comment un livre prend-il forme dans votre esprit? Comme une histoire, ou comme une série d'images ?
La plupart de mes livres commencent par une étrange combinaison d'une histoire et d'images. Je dirais que c'est comme monter un film, choisir les pages d'un livre, c'est comme décider des scènes d'un film.

6. Vos livres traitent souvent de sentiments d'isolement et de tristesse, qui disparaissent avec un sursaut de l'imagination. Est-ce un thème que vous poursuivez consciemment, et est-ce que ça a un rapport avec votre propre expérience d'enfant ?
Ce n'est pas un thème que je poursuis consciemment. L'idée d'un livre s'impose à moi lentement, d'elle-même. J'imagine que cela a quelque chose à voir avec ma propre expérience d'enfant, bien que j'ai grandi dans un environnement familial chaleureux et ne me souvienne pas m'être senti seul souvent - je n'ai certainement été que très rarement seul.


7. Combien de temps vous faut-il pour achever une illustration (par exemple une des images pleine page de Gorilla) ?
Une illustration peut prendre une journée si elle est petite et relativement simple, jusqu'à une semaine si elle est plus grande et très détaillée. Je prends rarement plus de temps car mon intérêt décline si je passe trop de temps sur une même image, même si me dis parfois que j'aimerais y passer plus longtemps.

8. Avant de devenir un auteur de livres d'images à plein temps, vous avez eu d'autres métiers. Quels étaient-ils et comment utiliseriez vous vos talents artistiques si soudainement, vous perdiez l'envie de faire des livres d'images pour enfants ?
J'ai été illustrateur médical à Manchester pendant 3 ans; j'enseignais à temps partiel à la faculté d'art de Leeds; et je dessinais des cartes de présentation pour la galerie Gordon Fraser. Je me dis parfois qu'il doit être intéressant d'être peintre, alors peut-être que j'essaierai un jour.


9. Quand avez-vous dessiné votre premier " primate" ?
Eh bien, dans un sens, les humains sont des primates, donc ce doit être une des premières choses que j'ai dessiné quand j'étais enfant. Le premier gorille que je me souviens avoir dessiné, c'était pour une carte d'anniversaire qui représentait un énorme gorille mâle à l'air menaçant, il tenait un ours en peluche, et dans un sens je ne fais que répéter cette idée.

10. Avez-vous déjà envisagé de réaliser une histoire illustrée pour des lecteurs plus âgés - de jeunes adultes par exemple ?
Ma version de "King Kong" était assez proche de cette idée. J'ai essayé de faire quelque chose qui soit entre le livre d'images, l'histoire illustrée et la nouvelle classique. Je ne suis toujours pas sûr de ce que c'était, ni même à qui c'était destiné. Ça a certainement posé des problèmes aux librairies.

11. Vous aimez dissimuler partiellement des images à l'arrière-plan de vos pages. La plupart sont assez évidentes à découvrir, mais y en a-t-il que la majorité des lecteurs ne voient pas ?
Il y en a quelques-unes et je dois avouer que je suis plutôt réticent à l'idée de les révéler, mais il y a un gorille qui se glisse dans une double page de " The Tunnel " et qui n'a absolument rien à voir avec l'histoire. (En général, j'utilise ces images cachées pour raconter des choses que les mots ne disent pas. C'est cet aspect de mon travail que je trouve le plus fascinant.)


12. En parlant de "The Tunnel", comment avez vous créé la séquence d'images de ce livre - quand la sœur étreint le corps inerte de son frère et le ramène à la vie ?
Je voulais que l'histoire se déroule dans un monde réaliste, avec des enfants vraiment réels, alors j'ai photographié l'enfant d'un ami dans des poses naturelles.

13. Pourquoi le zoo apparaît-il aussi souvent dans vos histoires ?
J'ai des sentiments très mitigés au sujet des zoos. Si seulement ils n'étaient pas nécessaires ! Mais je suis intéressé par l'idée de cages de toutes sortes et à tous les niveaux - même mes images sont généralement enfermées dans des cases.

14. Avez-vous un livre préféré parmi ceux que vous avez écrit ?
J'en ai trois -- "Gorilla", "Zoo", et, bizarrement, mon nouveau livre "Willy the Dreamer". Je dit "bizarrement" parce que en général, juste après avoir fini un livre, je le déteste. Je ne supporte pas de le regarder - tout ce que je vois, ce sont les erreurs, les images qui ne ressortent pas aussi bien que je l'aurais espéré. Ce fut un réel plaisir de travailler sur ce livre. C'est une séquence d'images en hommage aux rêves, l'un de mes sujets favoris, et... aux bananes. Je crois que ce plaisir que j'ai eu à travailler transparaît dans le livre. Je l'espère, tout du moins.


15. Parmi les auteurs contemporains de livres d'images, y en a-t-il un dont vous admiriez particulièrement le travail ?
Il y a beaucoup d'auteurs et d'illustrateurs de livres d'images anglais que j'apprécie, mais mes deux préférés sont tous deux américains : le grand Maurice Sendak et Chris Van Allsburg.

Consultez la version anglaise de cet entretien
Voir aussi : La biographie de Anthony Browne sur Ricochet
new