Aller au contenu principal

La guerre de Catherine

Sélection des rédacteurs
Bande dessinée
à partir de 11 ans
: 9782369813620
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Rachel est sans nouvelles de ses parents depuis qu'ils l'ont placée à la maison de Sèvres, une école novatrice en matière d'enseignement qui laissait, par exemple, les enfants choisir leur emploi du temps. L'adolescente développe une passion pour la photo. Le temps passé derrière son objectif tient la guerre à distance, mais pas pour longtemps. Du jour au lendemain, tous les enfants juifs quittent ce navire béni pour d'autres embarcations éphémères. Rachel répond désormais au nom de Catherine et prend sous son aile Alice, une petite orpheline. Les moments de répit se comptent sur les doigts de la main à cause des dénonciations successives qui les contraignent à fuir, toujours un peu plus loin. Puis, l'armistice signe la fin de la guerre et avec elle le secret espoir de commencer à vivre enfin libre...

« Va, regarde le monde avec des yeux d'artiste, de citoyenne de la République des Enfants. Ne perds rien. Nous aurons besoin de ces témoignages quand la guerre sera finie. » Rachel a rempli sa mission et projette de voyager, son appareil de photo autour du cou. Félicitations à l'équipe éducative de la Maison de Sèvres, qui a semé des graines et récolté de très beaux fruits. Un récit touchant inspiré d'une histoire vraie, porteur d'espoir malgré un contexte  – la Deuxième Guerre mondiale – profondément inhumain.

Une bande dessinée adaptée du roman de Julia Billet, à lire pour ne pas oublier.

Pour en savoir davantage sur la Maison d’enfants de Sèvres, lire l'article qui lui est consacré dans La Revue d'histoire de l'enfance "irrégulière".

Présentation par l'éditeur

1941. Rachel étudie à l’internat de la maison de Sèvres, où ses parents l’ont placée par sécurité. Elle y noue de belles amitiés mais y découvre surtout sa passion, la photographie. Bientôt, les lois contre les Juifs s’intensifient, il n’y a plus de sécurité nulle part en zone occupée. Un réseau de résistants organise la fuite des enfants juifs. Du jour au lendemain, ils quittent tout et doivent