Le temps des oranges


Recherche avancée dans les livres
Le plus grand footballeur de tous les temps
La Rumeur
La petite fille qui inventait des histoires
Acheter ce livre sur:

Place des Libraires
(France)
Les Libraires
(Québec)
e-readers.ch
(Suisse)
Le temps des oranges

Le temps des oranges

Auteur : Iva Prochazkova
Traducteur : Hélène Boisson
Editeur : La Joie de Lire
Collection : Encrage
Janvier 2017 - 17 Euros
Roman à partir de 15 ans
ISBN : 9782889083466
Ce livre fait partie de la sélection de Ricochet
Thèmes : Amour, Handicap, Europe de l'Est, Cheval/Equitation, Relation Père/Fils

L'avis de Ricochet

Depuis le décès de sa mère, Darek s'occupe d'Ema, sa petite sœur handicapée, et aussi de son père, au chômage et alcoolique. Dans la Tchéquie rurale, il a une adolescence difficile entre bagarres et pauvreté. Mais son honnêteté naturelle prend toujours le dessus. Un jour, le père retrouve un travail : il s'agit d'accueillir des chevaux en mauvais état et de leur redonner une santé avant de les vendre.

L'espoir renaît dans la famille, Darek s'investit avec passion dans les soins aux chevaux et l'équitation. Parallèlement, il séduit la jolie Hanka. Mais les épreuves ne sont pas terminées : les aides de l’État apportées à Ema menacent de s'arrêter, le père reste imprévisible, et le sort des chevaux n'est peut-être pas celui que notre héros croit… La vie continue pourtant.

Iva Prochazkova établit d'abord une peinture rude de la vie d'un petit village de Silésie : tout le monde n'a pas de voiture, le café et la poste sont encore des lieux centraux, la misère est partout criante. Sans pathos, elle y campe alors une famille douloureuse, qui va se révéler finalement solide au fil du roman : tout se passe comme si la mère décédée, figure idéalisée, maintenait son monde à flot avant de le laisser aller de l'avant.

Les réalités décrites sont clairement sordides, avec ce trafic de chevaux vers les abattoirs qui hante le roman et lui donne une brutalité étrange. A cette aune, toutes les situations prennent une teinte amère, comme une orange, ou même un citron, du titre (il s'agit en fait du parfum d'Hanka). L'apprentissage sous-jacent se fait dans un quotidien sourdement souffrant, contre les choses, mais malgré tout.

Et donc, sans se rendre compte du changement qui s'opère en lui, Darek grandit, aime, aide, choisit. Ema est heureuse à sa façon, le père va reconstruire sa vie avec une autre femme. Et la figure sage du vieux voisin soutient ce petit univers fragile… Tout en nuances et extrêmement bien écrit (puis traduit), le livre renforce encore la belle collection Encrages.

Sophie Pilaire
Voir la chronique de Sophie Pilaire

Brève présentation par l'éditeur

Au fin fond de la Silésie, dans les montagnes entre République tchèque et Pologne, la vie de Darek suit son cours entre les copains du collège, les tournois de foot, la récolte du miel et les rares sorties en ville. Seule ombre au tableau : son voisin Hugo et la haine stérile qui perdure entre eux. Mais l’année de ses quatorze ans est celle de toutes les catastrophes. La mort de sa mère bouscule tout son univers et celui de sa petite sœur handicapée, Ema. Peu de temps après, la crise économique de 2008 frappe toute la région et le père de Darek perd son emploi. Parviendra-t-il à faire face, à arrêter de boire, à éviter le placement de ses enfants en famille d’accueil ?

Le jour où Anton, un vieil ami perdu de vue, ressurgit pour leur proposer de transformer leur vieille ferme en élevage de chevaux, l’espoir renaît. Aidé par Micha et sa sœur Hanka, Darek soigne les bêtes avec passion. Il découvre l’équitation, rêve de courses et de trophées. Mais que penser des rumeurs qui se répandent bientôt dans le village ? Anton et son père auraient-ils quelque chose à cacher ?

Et surtout, comment voir clair dans les grands yeux noirs de l’inaccessible et brillante Hanka, qui embaume l’orange comme un jardin des bords de la Méditerranée ?

Le Temps des oranges est un roman sur la découverte précoce des difficultés de la vie mais aussi sur les pères et les fils et le lien pudique et maladroit qui les unit. C’est aussi le temps des premiers émois amoureux. Un livre fort, rythmé, plein de rebondissements, servi par une écriture d’une grande sensibilité et des personnages riches et attachants.

L'éditeur : La Joie de Lire

Après un passage dans l'enseignement, Francine Bouchet reprend la librairie La Joie de Lire à Genève en 1981, une des plus anciennes librairies jeunesse d'Europe ouverte en 1937. En 1987, elle crée les Editions La Joie de lire. Spécialisées en littérature jeunesse, elles ont fait découvrir des jeunes talents...
new