Aller au contenu principal

Sans papiers

Tourbillon
Roman
à partir de 9 ans
: 9791090597686
8.50
euros

L'avis de Ricochet

Récit à la première personne, un petit garçon parle de son passé, dans un pays en guerre ; de son présent de « sans papiers » dans un pays mal accueillant mais en PAIX, bien suprême pour l’enfant qui relativise tout le reste. Sur un ton primesautier, il égrène des fragments de vie difficiles à supporter : les maisons en carton, les courses dans les forêts à jouer aux gendarmes et aux voleurs ; les repas tirés des poubelles et sa maman en attente d’un heureux événement. Agnès de Lestrade excelle dans ce ton badin et tendu, cette volonté prêtée au héros de prétendre que tout va « bien » sans être dupe. Le récit est concentré sur les conditions de vie de ces migrants obligés à l’invisibilité.

L’école par chance est un lieu de rencontres, mauvaises comme celles de Paolo qui prétend « qu’il est pauvre » ; bonnes comme celles de Théo, Lucas, Angelo. L’école est décrite pour ce qu’elle est, un microcosme où cohabitent les positions des adultes, reflet des tensions sociales.

L’histoire se précipite avec l’arrestation du père placé en centre de rétention, l’accouchement de la mère, l’action bénéfique des parents d’élèves, jusqu’à la fin heureuse….

Traiter de sujets si graves sans être larmoyant, moralisateur ni bêtifier est un pari risqué pour un auteur jeunesse et Agnès de Lestrade écrit sur le fil du rasoir : le jeune héros interprète ou commente des réalités ignorées par la majorité des jeunes lecteurs à qui ce livre s’adresse. Sans papiers, mais aussi sans nom – ce n’est pas innocent – à travers la parole naïve de son héros, elle délivre des informations nécessaires à la compréhension du monde. Elle n’élude pas les problèmes et les jeunes liront avec intérêt et émotion le parcours de cet enfant qui leur ressemble. Ecrire, éclairer, échanger, un message d'espoir.

Présentation par l'éditeur


C'est un petit garçon qui parle, il doit avoir 8 ou 9 ans, il habite un camp de réfugiés avec ses parents. Le morceau de papier, le fameux morceau de papier, c'est ça le but : pouvoir rester ici et ne plus avoir à vivre dans une forêt avec juste le ciel comme toit.

C'est un petit garçon qui parle, qui regarde sa vie comme elle est, avec ses accidents et ses bonheurs quotidiens, c'est un petit