Entretiens graphiques

Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Blutch et Claude Lapointe
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
L'amour, toujours !
Petit bestiaire d'hiver
L’histoire d’un infâme hippopotame
À pas de loups : l’éditeur qui ne passe pas inaperçu
« En littérature jeunesse, on peut parler de tout »
À l'occasion de la Foire du livre de Francfort
Fais-moi peur !
Thomas Scotto : « Continuer de rencontrer, beaucoup, de partager, pareil, trouver les mots, pour dire, longtemps… »
Edouard Manceau : « Quand je lis un livre qui a une âme, le monde s’arrête de tourner »
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Titeuf à Genève

Par
Zep
Je pratique cet exercice depuis des années: tenter de restituer le réel avec le seul trait. Ma première motivation était d'abord d'échapper à l'angoisse des voyages. Dessiner les lieux dans lesquels je me rendais me permettait des les intégrer, de m'y sentir chez moi...d'avoir moins la trouille. Je me suis rendu compte que cette manière de dessiner, plus réaliste, nourrissait mon travail de bande dessinée, agrandissait mon univers graphique… comme si j'apprenais à écrire de nouveaux mots alors que jusque là, je les recopiais dans les livres des autres. C'est devenu une nécéssité: développer mon vocabulaire graphique.

Jusque là, je le faisais toujours lorsque j'étais en voyage et l'an dernier, ayant une semaine de relâche, je suis allé dessiner ma ville. Je n'aime pas particulièrement Genève (ce qui est très genevois), la notion du patrimoine y est étrange, on restaure comme on rangerait une chambre. On redresse, on aligne les pavés là ou la nature avait eu l'audace de les déranger... La vieille ville ressemble à un décor, nickel, les angles des murs ont été redressés, les fenêtres en chêne remplacées par du PVC, plus propre, plus suisse... Heureusement pour nous, les budgets de rénovation sont moins réactifs que la nature... J'ai dessiné la rue Jean Calvin, renovée grand luxe. Plus rien ne laisse paraître ses cinq siècles...jusqu'au dernier mètre de la rue. Hasard ou oubli sur le plan de renovation? Le dernier mètre est resté tel quel, tout tordu, colonisé par la végétation... Je suis fasciné par ce moment ou la nature reprend possession des constructions humaines. Quand le bois semble vivre à nouveau, quand l’érosion redonne une allure de montagne aux murs. J’aime la rouille, le lierre, l’oxydation. J’aime quand la nature gagne. J'ai dessiné Titeuf dans cette série pour bien montrer qu'il n'y a pas de séparation entre ces dessins et ceux de mes bandes dessinées... Titeuf se promène dans ce monde dessiné en expansion.



























Crédit illustrations :
Ill. de Zep
new