Entretiens graphiques

Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Blutch et Claude Lapointe
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

L’histoire d’un infâme hippopotame
À pas de loups : l’éditeur qui ne passe pas inaperçu
« En littérature jeunesse, on peut parler de tout »
À l'occasion de la Foire du livre de Francfort
Fais-moi peur !
Thomas Scotto : « Continuer de rencontrer, beaucoup, de partager, pareil, trouver les mots, pour dire, longtemps… »
Edouard Manceau : « Quand je lis un livre qui a une âme, le monde s’arrête de tourner »
Quand les enfants attendent…
« À 16 ans, je suis tombé amoureux de Sophie Scholl »
Carl Norac et Emmanuelle Eeckhout : Le Noir quart d’heure
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Être « Seul ou ensemble ? » à la 28ème fête du livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux

Par
Gaëlle Farre
Au cœur de l’hiver, 2 mois après le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil et un mois après Noël, soit quelques semaines après la folie de la fin d’année, se tient depuis 28 ans la superbe fête du livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Drôme provençale. Voilà 6 ans que je ne manque aucune édition et chaque année se reproduit le même scénario. Je vais de rencontres en conférences, de tables rondes en expositions avec une excitation certaine. Oui, ce salon est bien une fête où je me fais une joie d’être !
A Saint-Paul, je loue tant la qualité de la programmation que la richesse des rencontres –humaines et livresques– possibles. La liste des auteurs et illustrateurs invités est toujours fort séduisante, la thématique retenue et les rencontres organisées pour l’interroger ne peuvent qu’attirer toute personne intéressée par les livres pour enfants. La passion des intervenants ainsi que l’offre proposée par l’équipe de libraires spécialisés sont à la hauteur de toute attente, timide ou connaisseuse, novice ou passionnée.
Voilà quelques mots évoquant l’ambiance si chaleureuse et accueillante de ce salon que j’avais à cœur de retranscrire et place maintenant à ce que j’ai vu et entendu lors de cette 28ème édition.
 
En arrivant, mon œil fut d’abord flatté par une exposition. Fred Bernard et François Roca étaient les 2 invités d’honneur de cette édition et des originaux de François Roca, issus d’une dizaine de ses albums réalisés avec Fred Bernard, accueillaient le visiteur. J’ai ensuite filé vers les rencontres professionnelles. Cette année, être « Seul ou ensemble ? » a rythmé les conférences et autres débats.
 
 « Seul ou ensemble ? »
 
Dans « Seul ou ensemble ? » sont placés en face à face la solitude –la solitude dont tout être humain a besoin pour se construire, réfléchir ou lire ; et la vie en collectivité – qui comprend aussi bien la vie en communauté que la communication entre les êtres.
Thierry Ménissier a terminé son intervention, « Seul ou ensemble ? Point de vue philosophique » en pointant le caractère chronophage et indispensable d’Internet dans notre société. On ne peut effectivement parler d’être seul ou ensemble sans prendre en compte le bouleversement que fut l’arrivée d’Internet dans le quotidien de chacun. En une dizaine d’années, les nouvelles technologies ont profondément modifié nos façons de communiquer. Chacun passe de plus en plus de temps derrière son écran, à twitter, envoyer SMS et/ou mails, autrement dit à communiquer par Internet. Mais si l’on est seul derrière son écran, c’est cependant avec quelqu’un d’autre que l’on échange et il y a bien ici un paradoxe.
On parle beaucoup d’individualité dans nos sociétés occidentales mais nous sommes pourtant en situation quasi-permanente de communication. En témoignent les centaines de milliers de messages qu’échangent des millions d’individus par jour via Internet et ses réseaux sociaux, sur une variété de sujets innombrables et parmi lesquels on trouve la littérature, le sujet qui nous intéresse.
 
Il y a d’un côté la solitude de l’acte de lire et de l’autre le formidable engouement des lecteurs tant que des auteurs ou des professionnels pour partager leur appétit de lecture, notamment sur Internet par le biais de blogs ou de forums.
Si tenir un blog a pu être grisant, il n’est plus synonyme de plaisir pour Maud Lethielleux. Elle a parlé du lien extrêmement fort qui l’unissait au blog qu’elle a elle-même créé, le temps considérable passé à l’alimenter et à répondre aux innombrables commentaires et mails. Elle s’est vite retrouvée devant une terrible vérité : elle n’a plus de temps pour écrire ses livres. Or, son métier d’écrivain est ce qui est au cœur du blog. Se consacrer à l’écriture de ses romans ou de son blog, le choix fut très vite fait et aujourd’hui, Maud Lethielleux a même laissé de côté Internet. Il est intéressant je trouve de pointer ce caractère addictif du net.
Les communautés de jeunes lecteurs sur le web sont quant à elles extrêmement vivantes et réactives. Les sites communautaires de partage de lecture fédèrent jusqu’à des milliers de membres (Lecture Academy par exemple recensait 20000 membres en décembre 2011). Des forums et autres pages Facebook dédiés à des personnages de fictions, à des séries (Hunger Games, Harry Potter, Naruto, Titeuf, etc.) se multiplient. Ainsi, la lecture, acte solitaire, évolue vers une lecture sociale : il y a un désir de se rassembler sur des lectures communes et de partager autour d’elles.
 
Pour terminer sur le traitement de la thématique « Seul ou ensemble ? », je tiens à évoquer l’intervention d’Eléonore Hamaide-Jager qui a traité des groupes d’enfants et d’adolescents dans le roman jeunesse.
Le corpus de références qu’elle a retenu allait de La plus belle fille du monde (Agnès Desarthe, l’école des loisirs) à la série des Blue Cerises (par un collectif de 4 auteurs : Sigrid Baffert, Maryvonne Rippert, Cécile Roumiguière, Jean-Michel Payet ; Milan) en passant par la série Quatre sœurs (Malika Ferdjoukh, l’école des loisirs) ou Méto (Yves Grevet, Syros). L’avènement de l’individu n’est pas impossible malgré le groupe, au contraire !
 
Un éditeur à l’honneur : (Les Grandes Personnes)

 
La collection de romans des Grandes Personnes


Florence Barrau a durant 45 minutes parlé avec éloquence du travail qu’elle réalise avec Brigitte Morel au sien de leur maison d’édition (Les Grandes Personnes).
Florence Barrau s’occupe des romans. Elle a à cœur de publier des textes exigeants avec des univers singuliers. Elle fuit toute étiquette ou traitement thématique et ne se pose pas de contraintes de genres dans le choix des textes.
Pour avoir eu la chance de l’écouter plusieurs fois, je peux vous assurer que Florence Barrau défend avec une rare passion les romans qu’elle a édités. Elle a proposé une sélection de 3 indispensables (L’enfant du jeudi de Sonya Hartnett ; Waterloo Necropolis de Mary Hooper et Un jour de Morris Gleitzmann) avant d’évoquer en avant-première quelques prochaines parutions tant pour les illustrés que pour les romans.
Je suis sûre que les fans d’AXINAMU et d’OXISEAU (de Pittau & Gervais) seront ravis d’apprendre que NACEO sera bientôt disponible. Un pop-up sur la naissance du monde, une nouveauté de Kveta Pacovska ainsi que de nouveaux romans de Jean-Michel Payet et Mary Hooper sont notamment au programme pour 2012. La prochaine parution est pour mars et sera un événement. Le texte de Janne Teller : GUERRE, Et si ça nous arrivait ?, va faire parler de lui, foi de libraire !
 
Saint-Paul, c’est aussi 2 prix littéraires.
Chaque année, le salon prime 2 titres par les Prix Pitchou et Sésame.
Le premier récompense le meilleur album de l’année pour les tout-petits tandis que le prix Sésame récompense un roman pour adolescents.
L’Abécédaire de Pascale Estellon édité par (Les Grandes Personnes) a remporté le Pitchou 2012.
La ballade de Sean Hopper de Martine Pouchain, paru chez Sarbacane, est le lauréat du Sésame 2012. Il est remis par des élèves de classes de 4èmes.

 
L’Abécédaire de Pascale Estellon (Les Grandes Personnes) déplié au sol
 

Passion et Professionnalisme. Ce sont pour moi les 2 maîtres-mots de la fête du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le connaisseur tant que le novice ont une place dans ce salon.
Je ne peux malheureusement vous parler de tout… ce salon fourmille de petits trésors et les occasions de sourire sont nombreuses ! Je n’oublie pas les enfants qui regardent l’œil ravi l’abécédaire entièrement déplié au sol de Pascale Estellon (Les Grandes Personnes) ; les libraires qui conseillent et racontent les histoires ; les visages amis retrouvés au hasard des larges allées. Et aussi et surtout, tous les auteurs, si disponibles pour une dédicace, pour discuter ou pour répondre aux questions de scolaires en visite. Chaque année, ce salon est pour moi un formidable lieu où recharger mes batteries de libraire !
Quant à la question « Seul ou ensemble ? » ; et bien, je répondrais « Seul ET ensemble ». Les deux termes sont étroitement liés. Se faire une place en tant qu’individu dans une société n’est pas toujours chose aisée mais être ensemble n’empêche pas de se placer seul face au monde.
 
Des liens…
 
Le blog de la Fête du Livre de Jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux

 
1 bibliographie thématique : « Seul ou ensemble ? » : sélection de livres pour enfants (albums et romans) classés du cycle 1 au cycle 3

 
Sélection de ressources en littérature de jeunesse : « Seul ou ensemble ? » : ressources pédagogiques, revues, etc.

 
Le site de la maison d’édition (Les Grandes Personnes)

  
Les photographies de cet article sont de Gaëlle Farre.
Gaëlle Farre est libraire jeunesse à Marseille. Elle collabore régulièrement à la revue Parole, de l’Institut suisse Jeunesse et Médias, ainsi qu’à la revue Page des libraires.
new