Entretiens graphiques

Joanna Concejo
Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Julia Billet : du bonheur de voir naître des textes
Un échange franco-allemand de colis et d'auteurs jeunesse
Roland Godel : la place du coeur !
Storie di Bambini - Une exposition italienne exceptionnelle
Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

PORTLAND, Printemps 2012...

Par
Dominique Falda
Mes pensées sont confuses et s'embrouillent, semblables à ce réseau de fils électriques qui quadrille la ville de sa toile serrée...
Marie Loiseau et moi-même sommes en résidence d'artiste à Portland, Orégon, U.S.A.

 
 

Je travaille à la French American International School pendant que Marie parcourt la ville à la recherche de je ne sais quoi.
Mon travail est celui d'un professeur d'art dans cette école qui, cette année, adopte le programme du Baccalauréat International. Je débarque donc en plein changements pédagogiques.
Six thématiques sont abordées chaque année en essayant de croiser le maximum de disciplines : Qui sommes-nous ? Où nous situons nous dans le temps et l'espace ? Comment nous exprimons nous ? Comment fonctionne le monde ? Comment nous organisons nous ? Comment partager la planète ?
Vaste programme qui doit amener les enfants à développer leur curiosité, leur appétit de recherches...
Pour ma part, j'ai débuté l'année en leur demandant de devenir des hommes préhistoriques.
Comment alors s'exprimer alors, quels outils inventer pour faire de l'art ?
Nous avons cherché, fabriqué des jus de fleurs, d'herbes, de terre et peu à peu créé des outils et un matériel pour s'exprimer.
 
 
 


 
 

Bon, je dois le reconnaître, j'adore ce travail pédagogique même s'il pèse un peu sur ma production personnelle.
Marie, elle, profite de son temps libre. Elle essaye de mettre au point un petit ouvrage sur les cailloux qui s'intitulerait, peut-être, éloge du caillou... Le soir, elle me lit ses trouvailles de la journée. La simplicité demande beaucoup de travail et je la vois s'échiner parfois des heures pour trouver une phrase qui doit paraître évidente, c'est le propre des aphorismes...

 
 

« Quand on est un caillou, on ne peut pas tomber plus bas. »
« Avoir un caillou dans la chaussure remet immédiatement les pieds sur terre. »
J'ai parfois l'impression qu'elle va se transformer elle-même en statue de pierre.

 
 

Une fois sa trouvaille accomplie, elle part déambuler dans Portland à la recherche de petites choses perdues.
Elle note soigneusement l'endroit de ses trouvailles et construit à son retour un petit jeu de cartes, un petit oracle, une cartographie hasardeuse de cette ville à l'autre bout du monde.

 
 



En rentrant tout à l'heure de promenade, elle me demande:
« - Tu connais le slogan de Portland ?
Heu non, je ne crois pas...
Keep Portland weird !
...( mon anglais comporte de grosses lacunes)
Ça veut dire, en gros, que Portland garde sa bizarrerie, son excentricité ! Ça, ça me plaît ! Bon, c'est pas tout ça, au travail... »

 
 

Après une heure de réflexion devant un bol de thé fumant, elle accouche d'une petite phrase :
« Fabriquer des châteaux de sable, c'est investir dans l'immobilier du temps perdu. »

 



 
Dominique Falda et Marie Loiseau sont bien la même personne...
Crédit illustrations :
Toutes les images sont de Dominique Falda
new