Entretiens graphiques

Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Blutch et Claude Lapointe
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

L’histoire d’un infâme hippopotame
À pas de loups : l’éditeur qui ne passe pas inaperçu
« En littérature jeunesse, on peut parler de tout »
À l'occasion de la Foire du livre de Francfort
Fais-moi peur !
Thomas Scotto : « Continuer de rencontrer, beaucoup, de partager, pareil, trouver les mots, pour dire, longtemps… »
Edouard Manceau : « Quand je lis un livre qui a une âme, le monde s’arrête de tourner »
Quand les enfants attendent…
« À 16 ans, je suis tombé amoureux de Sophie Scholl »
Carl Norac et Emmanuelle Eeckhout : Le Noir quart d’heure
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Des images pensées pour être des tableaux

Par
Gaëlle Farre
Il est une petite maison d’édition créée par une passionnée de l’image et située à Sore – au coeur des Landes – où le travail est minutieux et attentionné, où l’uniformisation est bannie et le soin apporté aux productions extrême… Cette maison pas comme les autres, c’est La maison est en carton et sa créatrice est Manon Jaillet.


 La Maison est en carton à Montreuil


Après des études dans les métiers du livre et plusieurs années passées à promouvoir la littérature jeunesse, notamment en tant qu’assistante d’édition chez Rue du monde, Manon Jaillet a pu constater le dynamisme grandissant de ce secteur et le succès en particulier des illustrateurs. Elle veut aller plus loin et décide de voler de ses propres ailes en 2007 en créant La maison est en carton. Un joli nom au goût d’enfance – clin d’oeil à la comptine «Pirouette Cacahuète» – pour une maison qui met l’illustration jeunesse à l’honneur : Manon Jaillet devient éditrice d’images !
 
Un soin particulier porté à la conception et à la fabrication
Son ambition première est de proposer un espace pour l’image seule – et non pas l’image accompagnatrice de texte. Le talent des artistes est ainsi au coeur de son projet. L’aventure a commencé avec l’édition de reproductions d’images inédites et signées en tirage limité. Le succès est vite au rendez-vous et deux collections de douze images sortent chaque année depuis la création de la maison. La maison est en carton va fêter ses 5 ans en 2012… 5 ans de travail intense et passionné à sillonner les salons de littérature jeunesse pour se faire une place, à passer du temps avec les illustrateurs pour faire aboutir ce qu’ils ont en tête. Voilà un des aspects primordiaux de La maison est en carton : la combinaison entre le projet d’un artiste et la forme de l’objet créé doit être parfaite. Manon Jaillet est présente durant toutes les étapes qui vont de la conception à l’impression. Souvent seule, elle tient à conserver la taille de sa maison, une «maison à taille humaine», garante de la qualité tant des relations avec les artistes et ses clients, que du soin apporté aux productions.

 

 
Un catalogue qui s’étoffe et des projets à foison
Des collections sont venues étoffer le catalogue : «Boîtes à images » (1 artiste, 1 boîte, 12 images), «Grandimages» (un paravent à déplier), «A mots découverts» (les mots gagnent finalement la maison avec des textes poétiques de Franck Prévot), «Tit’zic» (une comptine illustrée) et enfin «Carnet d’illustrateur» (un voyage dans l’univers d’un artiste), c’est la dernière-née des collections, qui a vu le jour fin 2011. La maison a acquis une visibilité et la passion qui anime Manon Jaillet est intacte : les idées de futures collections et autres projets un peu fous ne manquent pas. En 2012, deux nouvelles séries de douze images sont bien sûr prévues, une ou deux «Grandimages» ainsi qu’un nouveau carnet d’illustrateur sont au programme…


 

Dans ma maison
Je veux m’attarder maintenant plus longuement sur un projet que je pense hors du commun, petit par la taille mais grand par l’ambition : Dans ma maison, le premier livre de La maison est en carton. Il est né de la réunion de 76 dessins de maisons (chaque illustrateur dessine une maison en entrant au sein de La maison est en carton, les dessins accompagnent les biographies de chacun) que Manon Jaillet a présentés un jour à Thomas Scotto. Non seulement la thématique de la maison lui plaisait, mais l’idée de placer ses mots comme des illustrations, alors que les images étaient déjà réalisées, l’a enthousiasmé. Il s’est transformé comme il le dit lui-même «en agent immobilier» et a imaginé 76 textes aux tons très variés, poétiques, humoristiques, sensibles ; où humour et réflexion sont savamment réunis... Thomas Scotto a un plaisir particulier «à dire beaucoup en peu de mots». Si ce livre est pour lui «une grande fierté» comme il me l’a confié, c’est notamment parce que la place de Manon fut celle d’une véritable éditrice : patiente en même temps qu’exigeante, elle suggère et fait avancer. De son côté, Manon garde en mémoire la belle expérience humaine que lui a permis de vivre ce livre. «Quand l’adresse est jolie, on veut y faire son nid. Et si la clé s’est envolée c’est encore mieux.». Voilà un extrait de Dans ma maison qui donne une belle idée de La maison est en carton est une maison-refuge que l’on a plaisir à retrouver et un formidable espace de liberté où il est possible de créer.


Cet article a paru dans le numéro 1.12 de la revue Parole de l'INSTITUT SUISSE JEUNESSE ET MÉDIAS
new