Entretiens graphiques

Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
L'amour, toujours !
Petit bestiaire d'hiver
L’histoire d’un infâme hippopotame
À pas de loups : l’éditeur qui ne passe pas inaperçu
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Dans la maison des souris avec Karina Schaapman

Par
Pascale Pineau
Karina Schaapman signe une belle histoire d'amitié avec Sam et Julia dans la maison des souris. Mi-octobre, à l'occasion de la sortie de l'album, Karina Schaapman était à Paris. Rencontre.

 



Comment est né ce projet ?
Karina Schaapman : En 2008, j'ai décidé de faire quelque chose pour les enfants, d'imaginer une histoire. Peindre ou dessiner, entre les deux je ne savais pas trop. J'ai toujours aimé construire des choses, sculpter... Pour cette aventure, j'ai commencé par un patchwork, un berceau, une chambre... Petit à petit la maison a pris forme. Je savais très bien ce que je voulais faire, dès le départ. Chaque pièce a son histoire, aucune n'est là par hasard.
 

Que vouliez-vous raconter ?
En imaginant cette histoire et en créant cette maison, je souhaitais offrir l'image d'une société idéale, ma propre vision de la société idéale, où tout le monde serait le bienvenu. Un endroit où les personnages pourraient faire la connaissance de toutes sortes de gens différents, où ils pourraient grandir dans un lieu sans menace, un lieu privilégié. C'est important.
 

Que diriez-vous des personnages, Sam et Julia ?
Julia a grandi seule avec sa mère. Elle voit bien que chez les autres, ce n'est pas pareil. Elle aimerait avoir une grande famille, des frères et des sœurs. Elle a une imagination très riche, et vit dans un milieu plutôt pauvre. Sam, c'est tout l'inverse. L'amitié permet à tous les deux de faire des découvertes. Chacun de nous a en soi un peu de Sam et de Julia.
 

Quel rôle donnez-vous à la famille ?
Elle joue un rôle très important. A l'intérieur d'une famille, on prend soin les uns des autres. C'est une chose essentielle.
 

Avez-vous construit la maison de A à Z ?
Oui, j'y ai travaillé plus de 3 ans. Et j'y travaille encore pour d'autres épisodes. Lorsque je rencontre de jeunes lecteurs, ils me demandent parfois où ils peuvent se procurer cette maison. Je leur dis qu'ils peuvent en construire une eux-mêmes, que c'est possible. Et je leur montre comment.

 
Une partie de la maison des souris, qui mesure plus de trois mètres de haut


Cette maison, dont on ne voit que l'intérieur, fourmille de détails. Pourquoi ce choix ?
Je voulais que dans l'album, les enfants entrent tout de suite dans l'intimité des personnages. C'est pourquoi, on voit les pièces en gros plans. On est « dedans » avec Sam et Julia. Au fil des albums et des épisodes, le lecteur va découvrir de plus en plus la maison. Quant aux détails, c'est un peu comme dans ma vie, ça vient de partout, il y en a toujours un peu trop. Et puis, je ne voulais pas un intérieur de magazine, je voulais que ça vive, qu'il y ait des traces d'existence.
 

Pourquoi avoir choisi un décor un peu ancien ?

Il y a des éléments intemporels et puis d'autres qui parleront directement aux parents. Ça pourra ouvrir la discussion entre eux et leurs enfants.


Détail d'une page de garde


Qu'allons-nous découvrir dans les épisodes suivants ?
Dans le premier album, les choses sont posées. Les lecteurs font connaissance avec Sam et Julia. Dans les épisodes suivants, on découvre de plus en plus le caractère des personnages. Dans le 2e album, il y a une histoire qui traverse tout l'album.
 

Vous autorisez-vous des sujets graves pour ces albums ?
Oui. Rien ne s'y oppose. Dans l'une des histoires, j'évoque la mort du grand-père, avec un cercueil décoré par tous. Dans la vie, il y a des choses légères et d'autres plus graves. Alors, il faut en parler. Je suis très attachée au fait de prendre au sérieux tous les sentiments des enfants.
 

D'autres projets ?
Pour l'instant, je suis complètement dans Sam et Julia. Le 2e épisode devrait sortir en France en 2013. Le 1er qui est sorti en septembre 2011 aux Pays-Bas a déjà été traduit dans 14 pays. Je suis occupée pour les trois années à venir. Alors, on verra après...
 

 
Karina Schaapman est née à Leiden en 1960. Elle a été conseillère municipale pour le Parti du travail. Elle a également publié un livre sur son enfance.

La « vraie » maison des souris construite par l'auteur est exposée au 1er étage de la bibliothèque publique d'Amsterdam.
new