Entretiens graphiques

Joanna Concejo
Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Julia Billet : du bonheur de voir naître des textes
Un échange franco-allemand de colis et d'auteurs jeunesse
Roland Godel : la place du coeur !
Storie di Bambini - Une exposition italienne exceptionnelle
Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Les deux petits princes

Par
Etienne Delessert
ou comment le livre a ete dessiné par deux artistes

Antoine de Saint-Exupéry écrivit et dessina le Petit Prince à Long Island, près de New York.
Et la première édition fut publiée par un petit éditeur de ses amis, Reynal & Hitchcock en 1943.
Or Saint-Ex était lié par une clause de ses contrats aux Editions Gallimard, qui avaient déjà publié quatre de ses romans: il n’en a pas tenu compte.

Peu après, les droits du Petit Prince furent cédés à Harcourt, Brace & World, à New York.
Cela ne faisait pas l'affaire de Gaston Gallimard, qui se vit obligé de négocier une version française avec l'éditeur américain.
Le livre allait devoir être réédité rapidement, et la decision fut prise à Paris de ne plus avoir à négocier les droits à chaque édition: on fit simplement refaire des originaux en France, assez finement copiés pour que personne ne s'en aperçoive.
Le secret fut bien gardé, et des générations de lecteurs français ont donc été émus par la ligne tremblottante et l'aquarelle d'un faussaire !... Je m'en suis aperçu en 1983, je crois, alors que Rita Marshall travaillait à la mise en page d'une édition de luxe, commandée par Pierre Marchand. Elle avait apporté avec elle un livre des Etats-Unis, j'avais l'édition française, et j'ai simplement voulu comparer l'impression des deux volumes. C'est ainsi que nous avons découvert la fraude.
Rassurez-vous : il y a une douzaine d'années, les Editions Gallimard et Harcourt décidèrent de publier une édition nouvelle commune, en repartant des originaux. L'ordre est donc rétabli. J'ai pensé qu'il serait amusant de comparer quelques images. Les différences sont minimes, mais bien réelles.





La manière de traiter les oiseaux est différente, en particulier le détail de certaines ailes. Les cheveux du Petit Prince sont bouffants, et la ligne qui définit son corps est empâtée.







A gauche le mur se termine en longue bavure, les roses ont changé de couleur, le visage du Petit Prince est plus allongé, la ceinture n'est pas la même, et, sur la droite les espaces blancs qui entourent les fleurs sont différents eux aussi.
Au bas du buisson, sur la gauche, l'original montre l'esquisse de deux roses.







Le faussaire n'a pas bien suivi la ligne de frondaison, et a marqué le detail de l'écorce d'un trait beaucoup plus régulier et appuyé.

voilà comment on peut découvrir une arnaque délicieuse, sur un écran, ô miracle de l'Internet.
Crédit illustrations :
Gisèle de verre, Beatrice Alemagna
new