Entretiens graphiques

Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Blutch et Claude Lapointe
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
L'amour, toujours !
Petit bestiaire d'hiver
L’histoire d’un infâme hippopotame
À pas de loups : l’éditeur qui ne passe pas inaperçu
« En littérature jeunesse, on peut parler de tout »
À l'occasion de la Foire du livre de Francfort
Fais-moi peur !
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Maryse Condé à l'honneur

Par
Janine Kotwica


Le lundi 27 avril 2015, en ce jour anniversaire du décret de Victor Schœlcher abolissant l'esclavage, a été lancé, par George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, le Mois des Mémoires de l'esclavage et des combats pour l'égalité. Etaient présentes Christiane Taubira, garde des Sceaux, et Myriam Cottias, universitaire qui préside, après Françoise Vergès présente elle aussi, le Comité national pour la Mémoire et l'Histoire de l'esclavage.



 Mesdames George Pau-Languevin, Christiane Taubira et Maryse Condé. Source : www.cnmhe.fr



Cette soirée exceptionnelle, dans les salons du ministère des Outre-mer, a été réalisée en hommage à la grande romancière guadeloupéenne Maryse Condé qui a créé ce comité et en a été la première présidente. Des acteurs, magistralement menés par Gerty Dambury, ont lu ses textes et ses œuvres ont été commentées par les deux ministres et les universitaires qui assistaient à l'événement.
Beaucoup de chaleur et d'émotion dans tous ces hommages.



Source : www.cnmhe.fr



Maryse Condé est couverte d'honneurs, amplement mérités, et elle est, en particulier, Grand officier de l'ordre national du Mérite, Officier de l'ordre de la Légion d'honneur et Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres. Mais jamais, au cours des cérémonies officielles antérieures, on n'avait valorisé son œuvre pour la jeunesse qui reste trop méconnue du grand public. Cette fois, Maryse Condé a voulu que cette lacune soit comblée et m'a confié la mission de parler, devant cet aréopage choisi, de ses livres d'enfance qui, s'ils ne sont que sept, sont tous de très haute tenue et certes pas inférieurs à son œuvre pour adultes.

On y trouve, en effet, des thèmes communs. Si un seul d'entre eux traite directement de l'esclavage, ses séquelles transparaissent dans la plupart des récits dont trois se déroulent dans sa Guadeloupe natale, un dans la proche Haïti, un en Géorgie, terre d'esclavage, et deux en Afrique où Maryse Condé, mariée en premières noces à un Guinéen, est partie un jour déterrer ses racines.
Ses héros, fort sympathiques, ont l'âge du lectorat visé, en fait ses propres petits-enfants, et vivent le passage plein d'embûches de l'enfance à l'adolescence : révolte latente, besoin d'indépendance, crainte devant l'avenir mêlée d'espoir en une vie meilleure, foi en l'amitié. Quatre de ces héros sont masculins, et trois sont des filles qui rappellent étrangement les femmes étonnantes de ses autres romans. Les jumeaux y sont omniprésents. Tous vivent des situations dramatiques du fait des guerres et des désordres politiques. Les mères sont courageuses, certes, mais fragilisées par les difficultés sociales et, souvent, l'absence du père parti combattre ou travailler à l'étranger. Car l'immigration et l'exil hantent aussi ces histoires souvent douloureuses, racontées sans concession à une quelconque facilité.
Les paysages y sont décrits avec lyrisme et réalisme et la mer exerce, sur tous, une fascination ambiguë.



Dans Haïti chérie (Bayard-Je bouquine, 1987 ; réédité en 2001 sous le titre Rêves amers avec une couverture de Bruno Pilorget), l'héroïne, Rose Aimée, analphabète qui rêve de s'instruire, a 13 ans. Elle vit à la campagne dans une famille misérable. Ses parents l'envoient comme bonne dans une famille de Port-au-Prince. Sur fond des exactions et de la corruption des Tontons macoutes, exploitée, elle s'enfuit et tente, avec une jeune fille de son âge, de gagner l'Amérique malgré ses peurs et son amour de sa terre natale. Les passeurs, à la vue des garde-côtes, les jettent à la mer avec tous leurs compagnons de misère. Cette fin tragique, à laquelle des événements récents confèrent une triste actualité, est transcendée par un espoir spirituel dans l'au-delà.
C'est un livre bouleversant, avec de magnifiques descriptions de la vie haïtienne, du pittoresque des bus, des costumes, des coutumes et des rites vaudous.






Victor et les barricades (illustrations de Marcellino Truong, Bayard-Je bouquine, 1989) nous raconte l'aventure d'un gamin dont la famille habite à Montebello où Maryse Condé a vécu. Comme il rate son certificat d'études, il est envoyé par ses parents, déçus, chez un oncle à Pointe-à-Pitre pour y travailler dans son garage. Il y arrive au moment de révoltes inspirées par les Cinq glorieuses qui provoquèrent la libération de Georges Faisans. En compagnie d'un garçon déluré, il va découvrir le passé esclavagiste de la Guadeloupe, s'éveiller à la conscience politique et gagner, par là même, la considération de ses parents.    






En Guadeloupe, Hugo le terrible (Sépia, 1991) nous fait la chronique serrée d'une catastrophe naturelle vue à travers les yeux d'un jeune garçon qui, dans une famille heureuse et équilibrée, vit les débuts de son adolescence. A cause de l'ouragan qui frappe différemment pauvres et riches, il prend conscience des inégalités sociales.






La Planète Orbis (illustrations de Letizia Galli, Jasor, 2002) est un étonnant livre de science-fiction qu'on verrait bien porté au cinéma. Le héros, José, orphelin de 10 ans, a perdu ses parents dans un accident de voiture. Pour oublier son chagrin, il se porte volontaire, dans un groupe de trente enfants issus de la Guadeloupe, pour un voyage vers la Planète Orbis, univers glacé et futuriste où de bizarres extraterrestres vont l'éduquer et lui infuser un message d'humilité, d'amour et d'harmonie. A son retour, il est adulte et va mettre en pratique son idéal au Rwanda, pays des mille collines et des sept volcans.






L'héroïne de Savannah Blues (illustrations de Sylvain Bourrières, Bayard-Je bouquine, 2004 ; Sepia, 2008) est une fillette de 13 ans, aînée de la famille, dont le père est allé tenter sa chance au Canada. Sa mère, licenciée de son emploi de serveuse, déprime, tombe malade et ne quitte plus son lit. Elle a deux frères jumeaux, des chenapans, et une petite sœur qu'elle adore. Lorsque la mère doit être hospitalisée, les services sociaux menacent de séparer la fratrie. Heureusement, le père rentre et la vie reprendra « comme avant », aussi précaire, mais avec une famille unie dans l'affection.






Très beau livre sur la mémoire de l'esclavage que Chiens fous dans la brousse (illustrations de Christel Espié, Bayard-Je bouquine, 2006, 2008). L'histoire débute au Mali, à Ségou, si cher à Maryse Condé, au 18ème siècle, dans la famille d'un vaillant chasseur bambara. Ses fils, jumeaux de 13 ans, poètes et musiciens, suivent, contre leur gré, leur père à la chasse. Un soir, ils se sauvent pour écouter un griot et sont faits prisonniers. On les sépare et l'un est emmené à Fès où il préfère se suicider plutôt que de devenir esclave. L'autre, à la suite de tribulations diverses, se retrouvera sur un navire négrier en partance vers le Brésil avec une fillette dont il assure bravement la protection.
Un récit sur le commerce triangulaire qui évoque, sans langue de bois, la complicité des Africains ainsi que le rôle des Touaregs et des marchands arabes.






Sublime A la courbe du Joliba (Grasset jeunesse, 2006), magnifiquement illustré par Letizia Galli, amie de l'écrivaine, est le seul opus qui ne soit pas édité en collection de poche. Maryse Condé nous y présente l'Afrique contemporaine qu'elle aime, avec ses paysages (savane, désert, fleuve), sa végétation, son bestiaire, ses petits métiers pittoresques (brodeuse, écrivain public, pêcheurs...), ses marchés, ses tissus, son artisanat, sa cuisine, ses termitières, ses bus et bateaux, ses mosquées avec leurs mendiants et les talibés des écoles coraniques, les manuscrits anciens des bibliothèques. Comme le livre raconte un voyage, on découvre plusieurs lieux fascinants, Mopti, Bamako, Tombouctou, et on côtoie des ethnies diverses. Mais c'est loin d'être une carte postale car le livre évoque aussi les guerres tribales, la mutation d'une jeunesse tentée par la mondialisation, la coexistence, plus ou moins imbriquée, plus ou moins harmonieuse, d'une culture traditionnelle et du monde moderne.
Une mère, fragile et blessée, et ses trois filles doivent quitter la Côte d'Ivoire déchirée par des guerres intestines pour se réfugier chez une grand-mère au Mali. Le père est parti combattre.
On dépose l'aînée à Bamako chez des cousins un peu snobs qui lui font miroiter les séductions du McDo, du cinéma et des voyages aériens. Le reste de la famille embarque sur un bateau sur le Niger où les deux autres fillettes, jumelles, rencontrent un rappeur débrouillard amateur de Coca-Cola et deux jumeaux afro-américains qui, eux aussi, vont leur ouvrir de nouveaux horizons.
A la description émerveillée mais lucide d'un continent, Maryse Condé, mère de quatre enfants dont trois filles, joint la richesse et la complexité des rapports familiaux, des filles entre elles, et, surtout, de la mère et de ses filles qui entrent dans l'adolescence.

Sept romans exceptionnels qui méritent en effet qu'on les mette à l'honneur, comme leur charismatique auteur.    

                                    
29 avril 2015
new