Entretiens graphiques

Joanna Concejo
Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Julia Billet : du bonheur de voir naître des textes
Un échange franco-allemand de colis et d'auteurs jeunesse
Roland Godel : la place du coeur !
Storie di Bambini - Une exposition italienne exceptionnelle
Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Clémentine Beauvais : « C'est sans doute la chose la plus enivrante et la plus belle du métier... »
Strada Zambila ou la Roumanie au coeur
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

T'étais qui, toi ?

Entretien avec Vincent Cuvellier, directeur de collection

"T'étais qui, toi ?" est une nouvelle collection de livres d'histoire pour les enfants dès 9 ans publiée chez Actes Sud Junior. L'écrivain Vincent Cuvellier* passionné par l'histoire est à l'initiative de cette collection de biographies historiques. Des personnages connus ou pas, sympathiques ou pas, mais avant tout humains sont présentés par des écrivains d'aujourd'hui. Les trois premiers titres de la collection, sortis ce mois de février, présentent Charles de Gaulle, Agrippine la Jeune et Léonard de Vinci.



- D'où est née cette envie de parler de l'histoire et des personnages ?
Quand j'étais gamin, j'adorais l'histoire mais j'étais mauvais à l'école. (Ce sont beaucoup les BD ou le cinéma qui m’ont fait aimer l’histoire). La collection est née de cela. A savoir comment parler de l'histoire de manière simple, de manière drôle et comment essayer de démystifier tout cela. La collection s'articule autour de personnages présentés par des écrivains. Ce sont surtout les partis pris qui sont importants.

- Quels sont-ils ?
Le premier c'est que les ouvrages sont écrits par des écrivains et non par des historiens (chaque texte est néanmoins relu par un historien). Je fais appel à des écrivains qui ont un style, un ton et une œuvre derrière eux.
Le deuxième, c’est que l’enfance, si elle n’est pas le sujet du livre, en représente le socle. J’aime bien aussi qu’on prenne un angle décalé au début du bouquin. Par exemple pour l'ouvrage que j'ai écrit sur de Gaulle, j'ai choisi de rappeler l'anecdote sur son nom. En 1940, pour les gens qui ne connaissaient pas de Gaulle, son nom leur faisait penser à la Gaule.
Enfin, je voulais que les ouvrages soient illustrés par des dessins d'humour, le plus proche possible du dessin de presse pour les enfants. Pour moi, les illustrations sont les Auguste du cirque tandis que le texte représente le clown blanc.
Et le point important parmi tous : pas de tabou ! On doit parler de tout aux enfants, mais avec le ton, la manière et si possible l’humour.



- Je rebondis sur le premier ouvrage de la collection, celui que vous avez écrit sur Charles De Gaulle. Comment avez-vous procédé ?
J'ai écrit ce premier ouvrage pour montrer le ton et ce que j'avais envie de faire à travers cette collection. J'avais lu énormément de bouquins sur le personnage, j'ai vu des documentaires et j'ai entendu des avis contraires sur lui. Et c'est un peu un condensé de tout cela. Nous sommes bien dans la vulgarisation pour enfants. Comment parler de personnages complexes avec des mots simples.

- Pourquoi Charles de Gaulle ?
Pour moi, De Gaulle, c'était une évidence. C'est un personnage qui m'amuse et me fascine depuis longtemps. Je le trouve aussi impressionnant que ridicule. Chez lui, les deux cotés s'équilibrent. C'est un personnage très graphique et très littéraire. Il a une dimension un peu épique.
Ce titre fait suite à plusieurs livres que j'ai écrits autour de la seconde guerre mondiale, notamment l'album "L'histoire de Clara" (Gallimard Jeunesse, collection "Giboulées"), ou « Ici Londres ! » au rouergue avec Anne Herbauts. J’ai également écrit « le temps des marguerite » où deux petites filles échangent leur époque : 1910 et 2010. Le rapport à l’histoire est donc quelque chose d’important pour moi depuis longtemps.
C'était très important pour moi de vulgariser tout ce qui s'était passé pendant la seconde guerre mondiale, la Shoah, la Résistance, la collaboration. Après la proposition de Nicolas Sarkozy de faire parrainer des enfants victimes de la Shoah par des écoliers français de CM2, j'avais vraiment réfléchi à la manière de parler de la guerre aux enfants. L'album d'abord et la collection ensuite sont nés de cette réflexion. A savoir : comment en dehors du cadre scolaire parler aux enfants des périodes un peu exceptionnelles de l'histoire, de personnages qui ont fait des choix positifs et négatifs. La collection est pour moi une collection d'anciens cancres! Comment se cultiver quand on est pas tout à fait à l'aise dans le cadre scolaire !



- Comment choisissez-vous les auteurs de la collection ?
J'ai contacté chaque auteur pour des raisons précises. Je sens ce qui va les travailler. J'ai composé une liste d'environ mille personnages. Les auteurs que je contacte me proposent quelques noms, on choisit collégialement, avec Isabelle Péhourticq, la responsable éditoriale des docs chez actes sud junior. Pour Claude Carré, je l’ai contacté parce qu’il voyage beaucoup, qu’il connait bien les grands espaces et les pays lointains... nous avons choisi Sitting Bull, le chef indien. Pour Agrippine j'ai fait appel à Audrey Guiller, car je sais qu'elle aime défendre des femmes qui ont du caractère. Irène Cohen-Janca m’a proposé spontanément « Je te ferais bien un Staline ! »

- Et qu'en est-il pour les personnages ?
Le but c'est de prendre des personnages très connus, voir incontournables et d'autres beaucoup moins connus mais qui ont joué un rôle important. Nous cherchons aussi des personnages "positifs" ou d’autres plus controversés. On ne va pas spécialement dans le personnage consensuel. Il y a beaucoup de livres pour enfants sur Gandhi ou Mandela, il y en a très peu sur Staline ou Nixon.
Certains personnages sont aujourd'hui mythifiés, statufiés mais j'aime rappeler que ce sont, au départ et à priori, des personnes comme les autres. Je dirais qu'on cherche surtout à faire émerger leur dimension humaine.



- Pouvez-vous nous parler des deux autres ouvrages qui inaugurent la collection ?
Pour les trois premiers titres, on a choisit des personnages disparates. Léonard de Vinci a été confié à Olivier Larizza, un jeune auteur strasbourgeois qui a déjà beaucoup publié en adulte et un peu en jeunesse. Je l'ai choisi car il a un coté un peu érudit, un peu "premier de la classe". Il fallait quelqu'un d'assez pointu et précis pour un tel personnage. Il est illustré par Nicolas Bottereau (alias Nikol), un illustrateur imprégné par une culture jeu vidéo, manga, bd underground aussi. Il apporte au personnage un coté un peu rock and roll, un humour un peu agressif aussi.
Pour Agrippine la jeune, comme je vous le disais, je me suis tourné vers Audrey Guiller. Rennaise, elle travaille à Ouest France et dans la presse magazine et féminine. Ici le parti- pris est "le féminisme". On sait qu'Agrippine n'était pas une tendre. On s'est centré sur la manière dont une femme peut faire sa place au sein de cette société romaine fort patriarcale, très hiérarchisée et masculine. Pénélope Paicheler l’a illustré avec son humour habituel. Pour de Gaulle, les illustrations sont de Jean-Christophe Mazurie.
Je tiens à préciser que sur 6 auteurs-illustrateurs, 3 publient leur premier ou deuxième livre. (Audrey Guiller, Nikol, JC Mazurie)



- A la fin des ouvrages, vous avez placé une chronologie...
La chronologie est importante, elle permet une mise en perspective. Et surtout, je mets des références qui parlent aux enfants, des choses qui leur parlent immédiatement… Dans le texte aussi, on essaie de replacer le personnage au cœur de son époque, d'en cibler les enjeux et les éventuelles résonances avec la nôtre. On cherche à mettre en évidence ce qui a de contemporain ou d'obsolète dans une époque ou dans un pays différent. Par exemple, quand on traite de Staline, on sait bien que le communisme est quelque chose de très abstrait pour les enfants. L'auteur a décidé de commencer l'ouvrage en partant d'ouvriers français qui apprennent la mort de Staline et ce que cela représente pour eux. On essaye de ramener les choses abstraites au concret en se servant de la petite histoire, des anecdotes, de l'humour, des choses drôles qui ont pu se passer dans ces périodes.



- Pouvez-vous nous annoncer les prochains titres ?
Les trois prochains titres seront Sitting Bull par Claude Carré, illustré par Ronan Badel. Il y aura aussi Benjamin Franklin écrit par Michel Le Bourhis et illustré par Aurélie Grand. Et le troisième sera consacré à Staline écrit par la romancière Irène Cohen Janca. Pour moi Staline est assez emblématique de ce qu'on veut faire avec la collection. Comment parler simplement à un enfant d’un personnage et d’une période compliquée, mais qui ont encore plein de répercussions sur la notre.
Pour résumer, ce sont des livres sérieux, mais drôles.

* Vincent Cuvellier a exercé de nombreux métiers avant de devenir auteur de livres pour les enfants et les adolescents. Il termine l'école en 3ème et écrit à dix-sept ans son premier roman "La Troisième Vie" qui obtient le prix du Jeune Ecrivain. Depuis, il a signé une vingtaine de livres pour la jeunesse, dont «Kilomètre zéro», «La chauffeuse de bus», «La nuit de mes neuf ans», «Tu parles Charles», «La première fois que je suis née», «Le temps des Marguerites», «Pierre Noël», publiés aux éditions du Rouergue, Gallimard jeunesse, Magnard, Milan jeunesse et Sarbacane. Il écrit aussi des spectacles de contes et plusieurs de ces romans sont adaptés. En 2009, il publie deux livres sur la Seconde guerre mondiale: «Ici Londres» avec Anne Herbauts et le musicien Olivier Mellano ( Rouergue) et «L'histoire de Clara» illustré par Charles Dutertre (Gallimard, giboulées). Passionné par l'histoire, Vincent Cuvellier est également directeur de la collection "t'étais qui toi?" chez Actes Sud junior.
new