Entretiens graphiques

Joanna Concejo
Martin Jarrie
Patrick Couratin
Lisbeth Zwerger
Gérard Dubois
Yan Nascimbene
Thierry Dedieu
Henri Galeron
Claude Lapointe
Voir la liste complète

Vidéos

Les gravures aussi légères que des plumes de May Angeli
Lorenzo Mattotti : On n'est pas obligé de toujours raconter avec des mots
Joëlle Jolivet, aller à l'essentiel du trait
Etienne Delessert au Centre de l’Illustration de Moulins (03)
La rue & le Machino
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.

Les invités

Laurent Gapaillard
Bertrand Santini
Valéria Vanguelov
Dominique Falda
Germano Zullo
Monique Félix
Rachel Hausfater
Jacques Cassabois
Voir la liste complète

Les entretiens

Arnaud Tiercelin
Christophe Loupy
Etienne Delessert
Rébecca Dautremer
Louis Joos (2)
Louis Joos
Stasys Eidrigevičius
Gilles Bachelet
Emma Kennedy
Jean-Luc Marcastel
Voir la liste complète

Libres propos

Gilles Paris : Courgette m’a donné la pêche
De la naissance d'une série, Nils & Zéna
Julia Billet : du bonheur de voir naître des textes
Un échange franco-allemand de colis et d'auteurs jeunesse
Roland Godel : la place du coeur !
Storie di Bambini - Une exposition italienne exceptionnelle
Francine Bouchet : « Chaque fois qu'un livre arrive, c'est une joie de le découvrir ».
« J'ai encore la certitude qu'en m'entraînant longuement, je finirai par savoir voler. »
« L'important, c'est de bien marquer les plis »
Car Boy ou comment trouver sa voie dans une carrosserie
Voir la liste complète

A voir aussi :

Hervé Tullet : le livre, objet idéal
L'identité féminine et littérature en couleur
Bologna Fiera 2009
Entretien avec Sophie Giraud - Hélium éditions
Instantané d'Amérique
Entretien avec Camille Baladi
Thierry Magnier, Solotareff et Benoît Jacques.
Copains
Les albums d'activités et les albums à colorier
Souvenirs de guerre
Jurg Schubiger
Prix Hans Christian Andersen 2008
Influence et interaction dans l'illustration européenne
Les Pieds Nickelés ont 100 ans
Entretien avec Natali Fortier
En avant la musique !
Les deux petits princes
La collection l’Abécédaire aux éditions de L’Edune
De la jeunesse chez Gallimard
Titeuf à Genève
Entretien avec Robert Delpire
 

Joanna Concejo

Par
Pascale Pineau
Joanna Concejo est une illustratrice et plasticienne installée à Paris. Née en 1971 à Slupsk en Pologne et diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Poznan, elle vit en France depuis 1994. Après avoir expérimenté la sculpture, la sérigraphie, la céramique, de nombreuses voies et techniques, elle s’est tournée vers la production d’albums illustrés. Ceci depuis 2007. Ses dessins accompagnent des récits des quatre coins du monde : France, Italie, Espagne, Pologne, Corée... Intervenante de l’école d’illustration de Macerata en Italie, elle participe régulièrement à des manifestations comme : la Biennale d’Art contemporain de Busan en Corée du Sud, l’Exposition des Illustrateurs de la Foire du Livre pour enfants à Bologne, la Biennale d’Illustration «Ilustrarte» à Barreiro au Portugal, « Alice et Peter » au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, la « Blue Book » en Iran... Elle a notamment reçu en 2004 le prix Calabria Incantata « Abracalabria » à Altomonte en Italie et celui de « Book of Year 2013» en Pologne.
 
Pascale Pineau : Quel est votre premier titre jeunesse ?
Joanna Concejo : C’est Monsieur Personne paru en 2008 en France, aux éditions du Rouergue, sorti l’année précédente en Italie. Et toujours en 2008 Grand et petit (L’Atelier du poisson soluble). Mes débuts dans la production éditoriale sont liés à des rencontres, des participations à des concours d’illustration... En 2005-2006, j’avais participé au concours des illustrateurs de Bologne.



 
Pourquoi avoir choisi le dessin ?
C’est venu au bout de quelques années, au départ j’avais envie de tout. J’ai essayé plein de techniques. A la fin de mes études, j’ai fait quelques expositions, des biennales d’art contemporain, des installations. Je m’éparpillais beaucoup et ça ne fonctionnait pas. C’était trop confus. Je me suis aperçue que le dessin au crayon me convenait, que c’était quelque chose de très honnête d’une certaine façon, sans artifices, sans couleur ou presque. J’ai restreint mes moyens.
 
Parmi les textes que vous avez eu à illustrer, il y a notamment Les cygnes sauvages d’Andersen. De quelle façon ce texte vous a-t-il inspirée ?
J’ai mis énormément de temps à l’illustrer. Je me suis aperçue que c’était très difficile d’apporter quelque chose, sans être dans la redondance. J’ai mis plus d’un an à faire différents essais et puis j’ai démarré avec une image qui a surgi comme ça et qui m’a montré le fil à suivre. J’ai trouvé le personnage, celui de la petite fille avec la robe bombée, et puis la scène où il y a la foule qui condamne Elisa. Cette illustration me renvoie aux tableaux de Brueghel… Pendant ce travail, je n’ai pas cherché à regarder ce qui avait déjà été fait pour ce conte.




Toujours du côté des contes traditionnels, comment avez-vous abordé Le Petit Chaperon Rouge ?
Très différemment, j’ai eu une idée claire dès le départ. J’avais envie de beaucoup de forêt et de raconter cette histoire comme une histoire d’amour impossible. J’ai illustré la version classique du conte. Il y a eu ensuite une traduction française chez Notari. Puis, mes illustrations ont été reprises par une maison d’édition italienne qui a écrit un texte à partir des images. C’était très bien vu.



 

Et quand il s’agit de travailler sur un texte difficile comme Humo (Fumée en français) ?
Ce texte d’Anton Fortes sur les camps de concentration, quel défi pour moi ! Même si le sujet était difficile, je ne me voyais pas dire non. L’éditeur, espagnol, a lancé une collection avec ce texte, qui avait pour objectif de réunir des livres témoignages, des choses vraies, surtout pas enjolivées. Je me sentais concernée. Je me suis beaucoup documentée, je ne voulais pas partir vers quelque chose de trop poétique.
 
Quels retours du public face à ce texte ?
Des réactions très soudaines et variées, sur les salons où j’ai pu le présenter. Des gens se mettaient à pleurer, étaient parfois sonnés. En classe, auprès des scolaires, il peut se révéler un bon support pour aborder des questions délicates. J’ai réalisé les illustrations assez rapidement, j’avais envie de refermer ce livre très vite.



 
Pour aller vers des textes plus poétiques comme L’Ange des chaussures sorti la même année ?
C’est un titre qui m’a également beaucoup touchée. Il parle d’un garçon très seul et d’un ange. L’histoire est tellement émouvante. J’ai réalisé beaucoup de croquis, mais pas forcément en pensant au texte. C’est ma façon de procéder. J’ai plein de carnets. Parfois une image entière surgit, presque comme une apparition. Elle donne le ton, le reste suit.
 
Vous utilisez régulièrement des papiers anciens, des cahiers, du papier peint... Aimez-vous chiner ?
Oui, j’aime les choses qui ont vécu, sont un peu jaunies, ont des imperfections, ont une part de mystère, me font rêver. Cela vient de mon enfance, ça me parle. Je n’avais presque rien pour dessiner, en dehors du crayon de mon grand-père. Je dessinais sur des papiers d’emballage, des choses qui avaient déjà été utilisées. Quand c’est du papier vraiment blanc, je dois tout apporter. J’ai tout un stock de matériel de récupération.
 
D’où ces dessins au crayon, qui ont fini par s’imposer ?
Oui, comme je le disais précédemment, j’ai compris à un moment que cela me correspondait. Mon enfance est ma première source d’inspiration. Je viens de la campagne polonaise, d’un village avec une petite épicerie, où la seule chose colorée, c’était la nature qui nous entourait, le jardin de ma grand-mère... Je voyais celle-ci tricoter, effectuer des travaux manuels, ce que l’on retrouve dans certains motifs de mes dessins. La broderie, le tricot font partie des moyens que j’utilise.




Comment voyez-vous vos dessins évoluer ?
A présent, je mets plus de couleur, elle s’étend, gagne du terrain. Petit à petit, je l’apprivoise. Je me laisse toujours mener par le dessin, c’est ma main qui réfléchit, me conduit vers des territoires nouveaux. Je n’arrive pas à penser sans dessiner, j’ai besoin du trait, de croquis... Je fais confiance à mon intuition.
 
Quels sont vos projets ?
Un livre est en attente ; les illustrations sont faites. Et je travaille sur un livre coécrit, qui sera un recueil de petits textes, pas vraiment illustrés, plutôt des séquences images-textes. Pour moi, écrire, c’est assez difficile. J’ai à peu près deux ans de travail devant moi. J’ai envie d’arriver au bout de tous ces projets commencés, engagés, afin de pouvoir voir et faire un peu le vide.
 
Pouvez-vous citer des artistes qui vous inspirent, dont vous admirez le travail ?
Il y en a beaucoup... Je peux juste dire qu’il y a de nombreux tableaux et réalisations qui m’accompagnent silencieusement. Je peux citer quand même une artiste que j’aime beaucoup : Françoise Pétrovitch.

05.05.2017
 
 
Crédit illustrations :
Illustrations de Joanna Concejo
new