Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un article ou une interview

La mallette «Familles arc-en-ciel», un outil pédagogique à destination des enseignant.e.s pour mettre en lumière la diversité familiale

Depuis 2010, l’association Familles arc-en-ciel s’engage pour la diversité familiale. Zoom sur la mallette pédagogique destinée aux enseignant.e.s, un outil aux ressources multiples et variées pour aborder le sujet des familles arc-en-ciel à l’école. Découvrez également le point de vue de Catherine Fussinger, co-présidente de Familles arc-en-ciel.

Logo Familles arc-en-ciel
Laura Vogel
12 mars 2021

L’association Familles arc-en-ciel
Les «familles arc-en-ciel», dont le nom fait référence au drapeau du mouvement LGBTQIA+, sont des familles dont au moins un des parents se définit comme homosexuel, lesbienne, bisexuel.le ou trans. Leurs intérêts sont défendus socialement et juridiquement par l’association faîtière Familles arc-en-cielqui œuvre depuis 2010 à l'échelle nationale pour que ces familles puissent jouir des mêmes droits que les ménages «traditionnels». Familles arc-en-ciel travaille donc à promouvoir la diversité des constellations familiales, à mettre en lumière l’existence des familles arc-en-ciel afin de les faire reconnaître comme des familles à part entière, et à combattre les préjugés stigmatisants et les discriminations dont elles sont victimes. L’association s’engage par ailleurs à créer des réseaux sociaux entre ces familles et toutes personnes ou organisations intéressées. Enfin, elle fournit des conseils aux familles et aux personnes intéressées, notamment aux enfants vivant au sein de familles arc-en-ciel, à l'accompagnement desquel.le.s l’association attache une importance toute particulière.

La mallette pédagogique «Familles arc-en-ciel»
Constatant un manque d’information au sujet des réalités particulières des familles arc-en-ciel ainsi que l’absence d’outils permettant à ces familles d'être accueillies inclusivement à l’école, l’association Familles arc-en-ciel a créé une mallette pédagogique qu’elle met à disposition des professionnel.le.s de l’éducation. Ses objectifs? Familiariser élèves et enseignant.e.s avec la diversité des schémas familiaux existants et les sensibiliser à un accueil inclusif de qualité des familles arc-en-ciel et de leurs enfants.

Si cette mallette est principalement destinée aux enseignant.e.s du cycle primaire (élèves de 4 à 12 ans), elle peut également accompagner le travail des éducateurs et éducatrices en garderies ou lors des activités parascolaires.

Contenu de la mallette pédagogique «Familles Arc-en-ciel» (© Familles Arc-en-ciel)
Contenu de la mallette pédagogique «Familles arc-en-ciel» (© Familles arc-en-ciel)

La mallette pédagogique comprend:

ISJM et UNESCO
A gauche, la bibliographie «Famille, familles! Une bibliographie en faveur de la diversité» (© ISJM); à droite, la plaquette UNESCO «Combattre l’homophobie et la transphobie – Propositions pédagogiques» (© UNESCO)

Ces ressources sont donc conçues pour soutenir le personnel éducatif dans ses activités pédagogiques, afin de développer le respect de la diversité et de faire de l’école un lieu sûr pour les enfants et familles concernées.


Trois questions à Catherine Fussinger, co-présidente de Familles arc-en-ciel

Laura Vogel: Comment décririez-vous la situation des familles arc-en-ciel en Suisse à l’heure actuelle, et en particulier, pour faire le lien avec la mallette pédagogique, du rapport de l’école à ces familles?
Catherine Fussinger: Notre association a fêté ses 10 ans en septembre dernier! Au cours de cette décennie, la visibilité et la reconnaissance sociale des familles arc-en-ciel ont énormément évolué en Suisse et nous avons également pu obtenir une première avancée sur le plan juridique avec l’ouverture de l’adoption de l’enfant de la/du partenaire entrée en vigueur en janvier 2018, qui permet aujourd’hui à un enfant d’avoir deux parents légaux de même sexe. D’autres changements sont à venir avec le mariage civil pour toutes et tous, accepté par le Parlement en décembre dernier.

Cela étant, la plupart des familles continuent à faire l’expérience au quotidien d’être la première famille arc-en-ciel inscrite dans cette crèche, dans cette école, dans ce centre de loisirs… Et donc ce sont aujourd’hui les familles arc-en-ciel elles-mêmes, parents et enfants, qui assurent de fait, au jour le jour, la formation continue des professionnel.le.s avec lesquel.le.s ils.elles sont en contact. Ce qui, pour ces familles, constitue à la fois une charge et un stress.

Du côté des écoles, quand quelque chose se fait pour favoriser un accueil inclusif des personnes LGBT – ce qui est encore loin d’être le cas dans tous les cantons romands – l’accent est mis sur les jeunes directement concerné.e.s et les interventions se font au niveau du secondaire, soit pour des élèves de 14 à 18 ans environ (années 9 à 11H). Avec la mallette pédagogique, nous voulions toucher les enseignant.e.s du primaire (1P à 8P, enfants de 4 à 12 ans) et leur donner des outils concrets pour accueillir de manière adéquate les enfants qui grandissent au sein d’une famille arc-en-ciel. Tous les jeunes enfants parlent très spontanément de leur famille telle qu’elle – c’est leur réalité et leur norme – et la vie familiale est souvent évoquée en classe durant les premières années de vie scolaire. Il est donc très important que les enseignant.e.s disposent d’outils leur permettant d’assurer un accueil de qualité, quelle que soit la constellation familiale des élèves. Or, même si les enseignant.e.s. constatent qu’il y a beaucoup de diversité dans leurs classes, on constate que le référent demeure la famille dite «traditionnelle», soit une famille composée de deux parents de sexes différents (généralement mariés), avec deux enfants (le plus souvent de sexes différents). 

Que pensez-vous des représentations des familles arc-en-ciel dans la littérature jeunesse?
Depuis le début des années 2000, quelques ouvrages existent – publiés le plus souvent par et pour des personnes directement concernées – avec des albums tantôt excellents et tantôt plus discutables à mon sens car lourdement pédagogiques. L’ouverture du mariage aux couples de même sexe en France en 2013 a très clairement eu un impact sur la politique éditoriale dans ce pays, et on trouve aujourd’hui un nombre grandissant de parutions sur ce sujet. Cela ne signifie toutefois pas pour autant que le traitement de la thématique soit toujours satisfaisant: aborder les possibles discriminations s’avère notamment particulièrement délicat, et certains ouvrages anciens le font mieux que d’autres plus récents. Par exemple, J’ai 2 papas qui s’aiment de Morgane David, paru en 2007 chez Hatier, est bien meilleur que Les papas de Violette d’Emilie Chazerand et Gaëlle Souppart paru dix ans plus tard chez Gautier-Languereau, que je trouve problématique à divers titres.

Morgane David, «J'ai 2 papas qui s'aiment», Hatier, 2007 (© Editions Hatier)
Morgane David, «J'ai 2 papas qui s'aiment», Hatier, 2007 (© Editions Hatier)

Par ailleurs, il est frappant de constater que si, au départ, on trouvait surtout des ouvrages traitant de familles composées de deux mères et leurs enfants, depuis plusieurs années les nouvelles parutions mettent presque exclusivement en scène des familles avec deux papas. Enfin, il n’existe pas à ma connaissance d’albums en français traitant de familles transparentales, ce qui n’est pas très étonnant quand on sait que le thème de la transidentité commence seulement à émerger en littérature jeunesse. Donc, pour résumer, davantage de livres qu’avant et un traitement du sujet par les éditeurs bien établis, mais encore relativement peu de parutions et, surtout, une difficulté à couvrir l’ensemble de la diversité des constellations qui existent au sein des familles arc-en-ciel, et cela pour les différentes classes d’âges…

Familles arc-en-ciel a inclus sept albums traitant de la diversité familiale dans la mallette destinée aux enseignant.e.s. Selon vous, quel peut être l’impact de ces albums sur leurs lecteurs/lectrices, issu.e.s de familles arc-en-ciel ou non? Autrement dit, quel rôle la littérature pour les jeunes peut-elle – doit-elle? – jouer en rapport avec la diversité familiale?
Le choix des livres contenus dans la mallette a été mûrement réfléchi! Sur les sept albums, trois traitent des familles d’aujourd’hui dans toute leur diversité: on y voit des familles nombreuses, monoparentales, adoptives, séparées, multiculturelles, homoparentales, etc. Ainsi, dans le documentaire La famille dans tous ses états (La Joie de lire, 2017), les familles arc-en-ciel font l’objet d’une page spécifique mais ensuite, quand on aborde divers thèmes liés à la vie en famille, on rencontre à nouveau dans les illustrations le couple de mamans et le couple de papas dans d’autres pages. Cette intégration transversale de la thématique se démarque fortement de la manière de faire des documentaires Milan, par exemple, dans lesquels, après une brève mention, les familles arc-en-ciel – comme d’autres constellations d’ailleurs – sont totalement évacuées au profit de l’unique représentation de la famille «traditionnelle». Pour les deux albums qui traitent spécifiquement des familles homoparentales, nous avons opté pour des ouvrages à «hauteur d’enfant», dans lesquels la thématique des familles arc-en-ciel est traitée à partir des préoccupations des enfants – avoir un nouvel animal domestique dans un cas, se faire une nouvelle copine et découvrir sa famille dans l’autre. À mon sens, dans la littérature jeunesse comme dans d’autres contextes d’ailleurs, il importe d’éviter deux écueils: l’un consiste à invisibiliser les familles arc-en-ciel (ou à se contenter de les mentionner une fois pour ensuite faire à nouveau comme si elles n’existaient pas), et l’autre à ne plus «voir que ça» et à faire l’impasse sur toutes les autres réalités qu’elles ont en commun avec les autres familles…

Alexandra Maxeiner et Anke Kuhl, «La famille dans tous ses états», La Joie de lire, 2017 (© La Joie de lire)
Alexandra Maxeiner et Anke Kuhl, «La famille dans tous ses états», La Joie de lire, 2017 (© La Joie de lire)

Aussi nous réjouissons-nous de la prochaine parution de deux nouveaux albums, C’est plus l’heure de jouer et Dès potron-minet, de Lawrence Schimel et Elïma Brashina, qui racontent le coucher d’une fille avec ses deux papas et le lever d’un petit garçon avec ses deux mamans. Publiés à l’occasion du 11e anniversaire de notre association, ces ouvrages seront rendus publics en mai prochain dans les quatre langues nationales à l’occasion de l’International Family Equality Day (IFED), célébré chaque année tout autour de la terre le premier dimanche de mai.

Difficile de savoir comment notre mallette sera concrètement utilisée, mais la seule lecture des albums permettra assurément à l’enseignant.e comme aux enfants de la classe – qu’ils.elles soient concerné.e.s ou non – de se familiariser avec la diversité des constellations familiales et d’avoir un espace et les mots pour en parler.


Informations pratiques
Le site internet de l’association Familles arc-en-ciel
La mallette pédagogique coûte 200.-. Pour la commander, c’est ici.
Un guide pédagogique est également disponible gratuitement ici.