Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Date de publication
Age-cible

Le photographe

Roman
à partir de 14 ans
7.50
euros

L'avis de Ricochet

En France, à la fin des années 1970, la peine de mort n'est pas encore abolie. Et chez les Humbert, le métier d'exécuteur est en quelque sorte une histoire de famille. Ainsi, si Monsieur Humbert est agent commercial chez Cuirs et Confection, il est aussi « photographe ». Ce statut n'a rien à voir avec les appareils photos, même si notre homme aime cultiver l'ambigüité. Sa fonction est appelée ainsi car il s'agit d'immobiliser le condamné à mort dans la lunette de la guillotine. Afin qu'il « meure proprement ». Comme son père, Monsieur Humbert est fidèle à certains petits rituels, réguliers, rassurants. Mais pour la prochaine exécution, il n'arrive pas à réunir le calme nécessaire. Dans la nuit qui précède l'acte, dans sa chambre d'hôtel, il ne trouve pas le sommeil, et retourne encore et encore dans sa tête les récits de son père, les questions embarrassantes de Nicole et ses propres doutes sur cette justice. Le jour J, l'exécution se passe bien. Mais Monsieur Humbert en ressort plus meurtri que jamais.

Ce roman détaille avec une certaine minutie les étapes de la mise à mort d'un condamné. Il nous rappelle que des exécutions capitales avaient encore lieu en France il y a quelques années. Au-delà de l'exercice de peinture du contexte historique, l'auteur a travaillé la psychologie de ce personnage sûr de lui et rigide, mais aussi très fragile, et plutôt pitoyable dans cette difficile remise en question de ce à quoi il croyait plus que tout.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 01/12/2008 16:31

Mano Gentil signe ici un livre magnifique. Il traite du sujet encore sensible de la peine de mort à travers le "photographe" et voir celui-ci en plein doute nous ramène à la grande question du pour ou contre. Cette histoire reste marquante par son aspect parfois brutale mais le ton réservé nous rapproche discrètement de M. Humbert et nous inspire un sentiment de compassion. Un livre à la fois intéressant et bouleversant qui nous rappelle que la peine de mort même si elle a été aboli ne doit pas être oublié pour autant.

Un roman tout à fait "détonnant" dans le domaine de la littérature jeunesse. Outre l'aspect presque documentaire du sujet, c'est surtout le personnage confronté à lui-même, à sa conviction qui s'effrite qui reste longtemps en tête. Pour ma part, je ne le trouve pas pitoyable, mais simplement terriblement humain avec sa part de doutes et d'ombres qui l'étouffe emperceptiblement.Mano Gentil a trouvé le ton juste, entre froideur et distance, qui convenait à son sujet et livre là un roman profondément original et troublant.

Du même auteur