Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Date de publication
Age-cible

L'enfant fleuve

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 5 ans
: 9791094908198
13.90
euros

L'avis de Ricochet

Les belles éditions du Diplodocus nous offrent avec cet album une proposition à l’esthétique originale et réussie !

C’est l’histoire d’Abel qui rêve de devenir un fleuve « quand il sera grand » : sur un fond bleu clair, l’illustratrice Ève Gentilhomme imagine le monde autour d’un fleuve, ruban d’un bleu plus foncé de page en page, qui fait avancer le récit. Les enfants de l’histoire, Abel et ses amis, figurent la diversité du monde qui les entoure, cheveux et peaux multicolores dans un univers où le blanc et le noir soulignent l’usage des couleurs primaires jaune, rouge, bleu. Un dessin stylisé mais fourmillant de détails, jusqu’à suggérer des formes à partir d’une accumulation, par exemple lorsqu’ Abel devient une silhouette matérialisée par d’innombrables poissons multicolores… Le résultat est très séduisant, charmant et sensible.

Cette diversité en couleurs correspond aussi au message de l’histoire écrite par Cécile Elma Roger. Abel rêve de devenir un fleuve, mais dès lors qu’il s’en ouvre à ses amis, ceux-ci se moquent gentiment de lui et lui font voir l’irréalisme de son projet : « les rêves impossibles sont interdits ». Abel répond à toutes leurs objections mais est peu à peu rattrapé non pas par l’impossibilité, mais par la triste réalité. Le propos rejoint alors les inquiétudes contemporaines probablement évoquées dans les familles des lecteurs : les fleuves sont des dépotoirs pour les bateaux, pour les usines, etc… La typographie varie selon le locuteur : des minuscules en script, comme sur un livre d’école, pour le discours sur le réel, une cursive bien ronde, gourmande, pour le rêve d’Abel. Les variations d’intensité sont marquées par une augmentation de la taille des caractères, par exemple quand Abel cherche à convaincre les autres enfants.

Pourtant, devant son désespoir, ses amis vont réagir ; timidement au début, puis de plus en plus hardiment. Tous vont finalement rejoindre Abel au pays des rêves éveillés, où réalité et imaginaire se confondent, et projeter eux aussi de devenir arbre, glacier, désert… Le texte combine alors les polices de caractère pour suggérer la fusion entre rêve et réalisation, l’espoir porteur d’avenir.

Un travail minutieux, audacieux, abouti, pour un merveilleux album de deux jeunes créatrices talentueuses et novatrices : à suivre !

Présentation par l'éditeur

Quand il sera grand, Abel rêve de devenir un fleuve. Et même si les autres enfants trouvent ce rêve insensé, il persévère dans son optimisme : S’il était un fleuve, il n’aurait peut-être plus de jambes, mais pourtant il galoperait plus vite que jamais et traverserait des continents entiers. S’il était un fleuve, on pourrait le croire seul, mais il serait accompagné de poissons, de crustacés… et même de sirènes…

Feuilleter un extrait

Du même auteur

Une nuit à pas de velours

Album
à partir de 3 ans
Sélection des rédacteurs
Avis de lecture

Le jour où maman est sortie en pyjama

Album
à partir de 4 ans

Du même illustrateur

La nuit tombe, maman rêve

Album
à partir de 5 ans
Sélection des rédacteurs
Avis de lecture