Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Sénégal

Sélection des rédacteurs
Rafael Concejo
Album
à partir de 12 ans
: 9782358711548
18.00
euros

L'avis de Ricochet

Sénégal. Sur la couverture, la silhouette d’une femme de dos s’efface sous des feuilles et des flocons. Elle semble s’avancer vers un verger. Qui est-elle ? Quelle relation entretient-elle avec le couple qui s’embrasse dans un cadre ancien au début de l’histoire ?

Une voix s’élève : « Lorsque j’étais enfant…» En regard de cette introduction, comme dans les deux volets d’une petite boîte précieuse, un couple de jeunes gens et dessous, sur un ciel un peu terne, des arbres légers. Qui sont-ils ? Le couple précédent, les parents du narrateur ? « … il a neigé au Sénégal », poursuit la voix. Le lecteur est surpris par cette assertion. Neiger, au Sénégal ? La page est couverte de fleurs dessinées au crayon, à la mine de plomb. Face à cette profusion, un petit miroir ovale, une femme assise, éloignée, perdue dans la page.

Le gris et la couleur alternent, comme le plein et le vide, le souvenir et l’oubli, la parole et le silence, l’envahissant silence. Aucun personnage ne parle. Le discours se déroule en surtitre des images qui s’ajoutent les unes aux autres. Après un homme, une femme. Cigarette à la main, elle songe. Et le sentiment de tristesse qui émane d’elle s’accompagne de cette déclaration : « ma mère chantait une chanson et elle pleurait ».

Dans cette atmosphère douce aux teintes pastel s’installe le sentiment d’une rupture. Rupture amoureuse, sentiment d’abandon d’un enfant qui observe sa mère pleurer, sentiment d’exil entre l’abondance de la nature et le dénuement des personnages dans de petites vignettes accrochées de droite à gauche, toutes les images déroutent. Elles contredisent le rare texte et introduisent le doute. Que doit croire le lecteur ? Quelle voix doit-il croire, quelle voie doit-il suivre ?

La chanson parle de semence et de moisson, de « douceur et de violence » et dans ce chant, on entend la force de l’amour, celle de la naissance, la douleur de la séparation, jusqu’à la mort et la solitude de l’enfant, resté sur le bord : « et moi j’écoutais… j’écoute ».

L’illustration de Joanna Concejo entretient avec le texte d’Artur Scriabin des rapports très complexes et les deux auteurs créent un univers poétique, étrange, entre deux mondes figurés par les montagnes et le fleuve Sénégal, sa pirogue où le lecteur doit trouver des appuis, construire une interprétation, laisser l’histoire résonner en lui. L’oiseau bleu sur la branche avant « Fin », un espoir ? Un livre pour préserver le souvenir, le chant pour capter l’écho, tout est délicatesse.

Présentation par l'éditeur

Rêverie mélancolique autour des souvenirs d’enfance. Il a neigé ce jour-là au Sénégal, mais c’est l’émotion du chant d’une mère qui resurgit derrière l’anecdote.

Feuilleter un extrait

Du même illustrateur

Un prince à la pâtisserie

Leporello
à partir de 7 ans

Le Petit Chaperon rouge

Conte
à partir de 5 ans
Avis de lecture