Aller au contenu principal

J'ai osé dire non !

La vie
Roman
à partir de 9 ans
: 9791021404533
8.95
euros

L'avis de Ricochet

Thomas est un bon élève, sage, gentil. Quentin et Pedro qui sont dans sa classe ont racketté Fatima, la menaçant de raconter à son père - très sévère en ce qui concerne les relations fille garçon - qu'ils l'avaient vue embrasser un garçon. Fatima n'a rien pu faire.

Quand Thomas se fait bousculer au magasin par les deux terreurs, il leur donne tout de suite le chocolat qu'il s'était acheté mais Quentin et Pedro veulent autre chose : que Thomas fassent leurs devoirs à leur place. Pour le forcer à coopérer ils ont glissé en douce dans sa poche un stylo volé, et quand, sur leur suggestion, Thomas le sort de sa poche, ils le prennent en photo. Thomas est piégé.

Dès lors, sa vie devient un enfer. Il travaille le soir tard dans sa chambre pour faire les devoirs multipliés par trois sans oublier de rajouter des fautes aux copies de Quentin et Pedro. Sa petite sœur qui dort dans la même chambre est la seule au courant. Thomas a peur, il a peur de ne pas pouvoir expliquer la photo de lui avec le stylo. Il va lui falloir une sacrée dose de courage et une bonne occasion pour mettre un terme à cette situation.

Ce court roman montre bien les ressorts qui permettent à des enfants d'en racketter d'autres : intimidation, mensonges, violences de toutes sortes sont les moyens utilisés pour arriver au but.

Les personnages sont malheureusement un peu caricaturaux ; Fatima laisse tomber parce qu'elle a trop peur de son père, le père de Quentin est toujours sur les routes et sa mère ne s'occupe que de ses cheveux. Pedro est une brute en adoration devant Quentin, les deux sont mauvais élèves, quant à Thomas, c'est un gentil garçon avec des parents aimants et une petite sœur intelligente qui essaie de le protéger et de le pousser à réagir.

À lire malgré tout pour se persuader que le racket n'est pas une fatalité.

Présentation par l'éditeur


Depuis plusieurs jours, Thomas est obligé de faire ses devoirs en triple exemplaire : les siens et ceux de Quentin et Pedro, les terreurs de l’école. Aussi, tous les soirs, enfoui sous sa couette, il refait les cartes de géographie, recopie les résumés d’anglais et les exercices de maths, mais en laissant quelques fautes pour être sûr que la maîtresse ne s’en aperçoive pas, car Thomas est l’un