Aller au contenu principal

Le loup du bois sanglant

Histoire
Roman
à partir de 14 ans
: 9791021405042
16.95
euros

L'avis de Ricochet

Hiver 1914, un soldat se suicide sur la ligne de front. Dans les affaires du disparu, le sergent Corentin Dumet trouve des lettres datant de l'été 1870 : écrites par une femme, elles s'adressent à un soldat d'une autre guerre… Comme les lieux indiqués correspondent à son périmètre d'affectation – de Metz à Nancy –, le sergent décide de mener des recherches, entre deux attaques contre l'ennemi allemand.

Les chapitres alternent assez logiquement les deux époques, se coupant parfois à un moment-clé pour faire durer l'attente du lecteur, se répondant aussi de manière désespérante (les guerres passent, les hommes meurent...). Les épisodes de 1870, lointains, sont racontés à la troisième personne de façon à embrasser les situations à la fois du soldat à l'avant et de la jeune épicière qui l'attend à l'arrière. Ceux de 1914, bien présents, sont assumés par Corentin Dumet, narrateur-enquêteur qui se dévoile peu lui-même, mais laisse tout le romanesque de l'histoire s'épanouir lentement. La fin de l'ouvrage se situe complètement en 1914, et l'épilogue offre une perspective d'après-guerre sinon heureuse, du moins où la vie aurait repris ses droits.

L'écriture est belle, la leçon est limpide : en suivant le point de vue des fantassins, en se mettant à hauteur d'un responsable intermédiaire, le roman exploite le décalage entre les règles strictes d'un système militaire comptable et les réalités des hommes résignés sur le terrain boueux. Que ce soit en 1870 ou en 1914, le lecteur ressent l'impression d'un gigantesque et inutile sacrifice. Mais la force des sentiments des amoureux de 1870 traverse le temps et peut s'envisager positivement malgré tout… Un roman qui allie le souffle des émotions, le suspense d'une enquête et une réflexion historique : solide et palpitant.

Présentation par l'éditeur


Octobre 1914. Afin de ne plus connaître l'enfer de la guerre, le soldat Thomas Jacquin se donne la mort. Dans ses poches, le sergent Corentin Dumet découvre des lettres adressées, quarante-quatre ans plus tôt, à Valentin Desvaux, un soldat engagé dans la bataille de 1870 contre les Prussiens. Comment Thomas Jacquin est-il entré en possession de ces lettres ? Qui était Valentin Desvaux, ce soldat