Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un article ou une interview

Quand littérature rime avec nature: dix livres qui valent l’arbre de leur papier

Vive le printemps! Ricochet vous propose de célébrer la biodiversité avec dix admirables albums qui, à défaut de pouvoir sauver la planète, encourageront peut-être la jeune génération à réfléchir et à agir pour le vivant. Une sélection forcément subjective que rien ne vous empêche de compléter.

Nature vignette
Dominique Petre
22 mars 2021

Les jeunes n’ont pas attendu le coronavirus et les confinements pour prendre conscience de l’effondrement qui les menace. Les conséquences du mouvement «Fridays for future» ont été ressenties aussi dans le monde du livre jeunesse, avec ce que certains ont nommé «l’effet Greta», soit une pléthore d’albums écologiquement corrects. Certains ouvrages, publiés avant cette déferlante verte avaient déjà compris l’enjeu et valent la peine d’être refeuilletés avant de se faire recycler. C’est du moins ce que pense Dominique Petre qui vous propose de replonger dans dix débroussailleurs.

Descendre dans le jardin

1. Au jardin, de Katy Couprie et Antonin Louchard, Thierry Magnier, 2003
Album, dès 4 ans

Pour un duo qui est parvenu à mettre Tout un monde dans un livre, un jardin ne représente plus un si grand défi. Katy Couprie est une touche-à-tout – peinture, illustration, gravure, photographie, rien ne lui fait peur. Elle rencontre Antonin Louchard lorsque celui-ci recherche des illustrations pour la collection «Tête de lard» qu’il dirige chez Thierry Magnier. Le duo révolutionne le monde des imagiers et se met À table. Avant d’aller au musée (Tout un Louvre), Katy et Antonin descendent Au jardin, avec pour seul guide leur imagination sans limite et une bonne dose de poésie. Leur jardin commun, qui se passe de mots, a reçu une mention au prix Bologna Ragazzi à la foire de Bologne de 2004.

Nature 1
Une marguerite entre les dents annonce la couleur (© Thierry Magnier); les artistes Antonin Louchard et Katy Couprie au Musée de l’illustration jeunesse à Moulins (© Dominique Petre)

2. Au jardin, d’Emma Giuliani, Les Grandes Personnes, 2018
Livre animé, dès 6 ans

Quatorze ans plus tard, un album éponyme est édité par Les Grandes Personnes. Comme elle l’a expliqué lors des journées professionnelles du dernier Salon de Montreuil, Emma Giuliani est à la recherche des moments intenses de l’enfance. Les heures passées à jardiner avec ses grands-parents en font indubitablement partie et c’est ainsi qu’est né Au jardin. Comment nourrir les oiseaux en hiver? Que faire pousser au printemps? Quels fruits manger en été? Le documentaire raconte la vie d’un jardin au rythme des saisons. «Sur la grande image de gauche je fixe mon souvenir», explique l’autrice-illustratrice, «tandis qu’à droite les flaps permettent d’aller davantage dans le détail». Un nouveau documentaire construit sur le même principe permettra de partir à la mer avec Emma Giuliani à partir de juin 2021.

Nature 2
On descend volontiers dans son jardin coloré, sorte d’anti-dépresseur naturel: une double page de «Au jardin» et celle qui l’a fait pousser, Emma Giuliani (© Les Grandes Personnes)

Paysages vivants et plantes somptueuses

3. L’incroyable vie des paysages, de Claire Lecoeuvre et Vincent Mahé, Actes Sud Junior, 2016
Documentaire, dès 11 ans

Claire Lecoeuvre n’affectionne guère le titre de cet article: «Parler de la nature, c’est sous-entendre que nous n’en faisons pas partie», explique-t-elle, «alors que l’être humain est une espèce vivante au milieu de milliards d’autres». En 2016, cette journaliste spécialisée et engagée écrit le texte d’un album qui regroupe une vingtaine de paysages parmi les plus impressionnants du monde. Les superbes illustrations de Vincent Mahé permettent de grimper sur le sommet de l’Himalaya, de fouler le sable du Sahara ou naviguer dans la baie d’Halong au Vietnam. Le livre explique comment ces paysages exceptionnels sont nés et témoignent de l'histoire mouvementée de la Terre. L’album raconte aussi comment les humains se sont adaptés à leur environnement (un autre terme qu’il ne faudrait plus utiliser, selon les spécialistes, désolée!).

Nature 3
La journaliste Claire Lecoeuvre avec l’album (© Dominique Petre) et la baie d'Halong vue par Vincent Mahé (© Actes Sud Junior)

4. Beautés de la nature, de Virginie Aladjidi et Emmanuelle Tchoukriel, Albin Michel Jeunesse, 2018
Documentaire, dès 8 ans

Tout est parti d’une idée de Virginie Aladjidi de réaliser un imagier dont les illustrations ne seraient pas des simplifications. Emmanuelle Tchoukriel, avec sa formation en dessin scientifique, était l’illustratrice rêvée pour mettre en images ces imagiers devenus des inventaires. Les plantes, les fruits, les légumes, les arbres et les animaux: les dix inventaires illustrés, qui ont connu un incroyable succès international, sont condensés dans un seul livre, Beautés de la nature qui offre, au cours de ses 512 pages, une idée de la somptuosité et de la diversité du vivant. 

Nature 4
Emmanuelle Tchoukriel (© Albin Michel Jeunesse) et deux mésanges: celle dessinée par l’illustratrice lors d’un atelier en ligne et celle d’un élève de CP participant audit atelier (© Dominique Petre)

Une magistrale leçon et un délicat tracas

5. La Leçon, de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo, Frimousse, 2017
Album, dès 8 ans

«L'homme est en colère. Cette nuit, la bête a encore mangé trois de ses poules. – Je vais lui donner une bonne leçon, pense l'homme qui se met en chasse.» La leçon est un album fort, signé Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo. Le titre inaugurait la collection «La question» des éditions Frimousse en 2017, et la force de La leçon réside sans doute dans le fait qu’il pose la question de la cohabitation homme-animal sans y répondre. L’album faisait partie des finalistes des Pépites du Salon de Montreuil de 2017.

6. Le tracas de Blaise, de Raphaële Frier et Julien Martinière, L’atelier du poisson soluble, 2017
Album, dès 8 ans

Cette Pépite d’or de Montreuil revisite le thème de La métamorphose de Kafka. Le «tracas» de Blaise commence par une soudaine pilosité des pieds mais ne s’arrête pas là… L’album de Raphaële Frier et Julien Martinière est esthétiquement si réussi qu’on lui pardonne son propos un peu manichéen quand il oppose nature et civilisation. «Blaise est un grand enfant, il a encore la force de dire non à tout cela, n’est-ce pas la vertu de la jeunesse de ne pas accepter l’ordre des choses et de se rebeller?», écrit Julien Martinière sur son blog. Le propos peut nourrir la réflexion et le superbe album ne manque pas d’humour.

Nature 5
Toute la diversité de l’illustration jeunesse en deux images, signées Kris Di Giacomo (© Frimousse) et Julien Martinière (© L’atelier du poisson soluble)

L’homme dans l’environnement de l’animal et l’inverse

7. Dans la forêt du paresseux, d’Anouck Boisrobert et Louis Rigaud, Hélium, 2011
Livre animé, dès 3 ans

«Tout est vert, tout est vie dans la forêt du paresseux.» Jusqu’au jour où des machines aux terribles mâchoires s’attaquent au paysage. Hommes et animaux prennent la fuite, à l’exception du paresseux qui continue paisiblement sa sieste. Cet extraordinaire pop-up imaginé comme une sorte de suite ou de contrepartie du premier album Popville du duo Boisrobert-Rigaud permet de visualiser en 3D la destruction d’un espace naturel mais aussi sa reconstruction. Ici comme chez Blaise, le propos quelque peu manichéen s’efface devant la beauté et l’efficacité du livre.

8. Kako le terrible, d’Emmanuelle Polack et Barroux, La Joie de Lire, 2013
Album, dès 6 ans

Pour ou contre les zoos? Cet album atypique pose la question sans donner de réponse, en contant la véritable histoire de Kako, l’hippopotame du Jardin des plantes, qui, le 15 juillet 1903, tue son gardien Séraphin. Soit la personne qui l’a nourri au lait de chèvre bébé et qui a fait en sorte qu’adulte Kako pèse plus de 2000 kilos. Fondé sur un fait divers cruel et très chouettement illustré par Barroux à l’aide de vielles cartes postales, cet album improbable (merci au courage de l’éditrice!) fait réfléchir. Qui est terrible? Kako, ou les hommes qui l’ont arraché à son environnement naturel pour en faire une vedette du Jardin des plantes parisien?

Nature 6
Anouck Boisrobert montre le paresseux et sa forêt à des élèves du Lycée français de Francfort (© Dominique Petre) tandis que Séraphin le gardien ne se doute encore de rien (© Barroux, La Joie de Lire)

Jouer en plein air

9. Le repaire, d’Emma Adbåge, Cambourakis, 2019
Album, dès 3 ans

Un récit autobiographique, puisque la Suédoise Emma Adbåge s’est souvenue de la partie de la cour de récréation qu’elle préférait: une fosse. «C’est en entendant une émission sur les enfants et le jeu que ce mot “Gropen!” m’est revenu à l’esprit», explique la jeune autrice-illustratrice. «Le fait que cet endroit sauvage attirait les enfants et que de l’autre côté, il y avait l’asphalte et les adultes… J’ai pensé qu’il y avait là une histoire à raconter». Une très belle histoire, traduite par Marie Valéra, à lire dehors, au fond d’un trou ou sur un tas.

Nature 7
Emma Adbåge sortie de son trou (© Richard Gustafsson, Rabén & Sjögren) et une illustration du «Repaire» (© Cambourakis)

10. Un grand jour de rien, de Beatrice Alemagna, Albin Michel Jeunesse, 2016
Album, dès 6 ans

Beatrice Alemagna préfère se définir comme une narratrice que comme une autrice-illustratrice. Cet album la rend prestidigitatrice puisqu’elle arrive à transformer un après-midi pluvieux dans un endroit «où tout l’ennui semble être rassemblé» en une véritable fête pour les cinq sens. «L’image de l’album que je préfère est celle de l’enfant qui saute sur l’étang au milieu des pierres», explique-t-elle. «C’est la toute première qui est née, un vrai jour de pluie, et qui a donné le ton à tout le livre. Je me souviens de ma joie de la voir sortir, petit à petit, touche après touche, telle que je l’avais dans ma tête». Si vous ne connaissez pas encore cet album, dépêchez-vous d’entrer dans la tête de Beatrice Alemagna et de découvrir son éloge du non-événement.

Nature 8
L’illustration qui a donné le ton à «Un grand jour de rien» (© Beatrice Alemagna, Albin Michel Jeunesse)

L’écrivain mauricien Malcolm de Chazal a dit que la nature était «le plus beau livre d’images», ce que démontrent sans doute les deux derniers titres de cette sélection. Savez-vous ce que le grand Tomi Ungerer préconisait d’offrir aux enfants afin de leur inculquer l’amour et le respect de la nature? Non, pas un album, mais une loupe.