Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Date de publication
Age-cible

Augustine

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 11 ans
67 pages
: 9782211308526
9.50
euros

L'avis de Ricochet

Augustine a douze ans. Et demi. Et des mots qui se bousculent dans sa tête, l’empêchent de dormir et lui nouent le ventre d’angoisse. Augustine en a « plein le dos et gros sur la patate ». 

Même le piano, même la danse moderne ne réussissent pas à la débrancher complètement. Même le Robert, ce grand ami des mots, ne l’aide pas à se vider la tête.

Un récit à la première personne, identification garantie, dans une suite de chapitres aux titres de formes musicales, prélude, étude, fugue, qui accompagnent la petite demoiselle du samedi soir au jeudi suivant dans les différents moments de sa vie tranquille de fille et petite-fille de parents dans « l’Education nationale ». Des moments familiaux chaleureux, peu d’effusions mais beaucoup de confiance, et malgré tout, ce grand malaise, ce trop lourd secret, avec le « ventre dans le cœur ».

Un texte qui rime sans cesse avec raison, « j’ai mal partout, aux yeux au cou » qui donne du rythme et du souffle à une histoire ordinaire « j’ai mal tout le temps, aux yeux aux dents », celle d’une fille pas banale et décidée à tout changer. Juliette Paquereau et sa narratrice jouent sur les mots, avec eux, l’humour et l’auto-dérision font friser chaque gros soupir, chaque sanglot ravalé. La subtile Junko Nakamura illustre l’univers d’Augustine avec finesse et une qualité de suggestion qui font que l’image adhère aux mots et vice-versa. On n’oubliera pas de sitôt la trousse et les stylos sur le coin de bureau qui s’affichent sur la couverture.

Un texte qui sonne juste, un poème à lire sous la couette ou à déclamer dans la cour.

Présentation par l'éditeur

Augustine aime le piano, la danse et le silence du CDI. Elle n’aime pas les salsifis, les haricots beurre, les « mous-loukoums » et les filles qui parlent constamment de « doudounes ».
En plus d’avoir douze ans et demi (ce qui n’est pas rien), Augustine voit des mots partout, des mots tout le temps, en long en large et en ruban. Des mots qui jusque dans son sommeil l’enquiquinent, qui font des

Du même illustrateur

Il faut que j'y aille

Album
à partir de 1 ans

La visite

Album
à partir de 3 ans
Avis de lecture