Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Date de publication
Age-cible

Ceux qui traversent la mer reviennent toujours à pied

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 14 ans
191 pages
: 9782377314270
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Sud de la France, de nos jours. Après le décès de sa mère, Julien se retrouve à la rue. Il tombe littéralement sur Bardu, vieux marin baroudeur qui vit en transportant du cannabis. Ils deviennent « le plan B l’un de l’autre », un père et un fils de substitution. Sept ans plus tard, Bardu vieillit mais Julien reste dans son sillage. Lors d’un voyage sur Meursault, une jeune Africaine trahie par son passeur s’invite à bord. La bien nommée Exaucée « en a », comme dit Bardu. Elle va complètement bouleverser les vies réglées des deux hommes, en commençant par lancer les mafias italienne, nigériane et russe à leurs trousses…

La playlist habituelle à la collection est courte, fulgurante. Pour être franche, je n’ai pas vraiment trouvé de rapport entre la musique et l’histoire. Même l’écriture est relativement classique, en chapitres et paragraphes regroupés. Julien raconte, mi-acteur mi-spectateur de ceux qui l’entourent, Bardu le magnifique et Exaucée la rebelle. Mais peu importe, la musique est ailleurs : dans le mouvement de la houle, de la tempête même de l’intrigue. Le lecteur prend des claques sonores, un peu ébaubi par une réplique cinglante, un fait douloureux au détour d’une page. Et sur ce rythme pourtant rapide, Julien progresse lentement, lentement, jusqu’à faire le choix de l’amour – mais pas que physique, ne vous y trompez pas. Un roman décalé, souvent drôle, que j’ai adoré !

Présentation par l'éditeur

Bardu, c’est un peu le papi misanthrope qui commence à ressentir la solitude. Un jour, il prend Julien en stop. Julien a 18 ans, il est orphelin et ne sait pas où aller. Bardu lui propose de l’accompagner sur le Meursault, un voilier sur lequel il transporte du cannabis, « sans consommer, c’est dégueulasse ». Mais pendant une escale, une clandestine à la chevelure aussi explosive que son prénom