Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Rouge

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 15 ans
311 pages
: 9782354887858
17.00
euros

L'avis de Ricochet

Lorsque Lisiane, une femme qu’on dit possédée par le Malin car devenue folle, met au monde sa fille, celle-ci présente une particularité : la moitié de son visage revêt une teinte carmin, qui lui vaut son prénom, Rouge, et la crainte de tout le village de Malombre, dont les habitants sont persuadés que cette coloration est un signe diabolique. Lisiane aurait en effet passé un pacte avec le Diable pour concevoir cette enfant, aidée par une sorcière vivant recluse dans les bois et qu’on surnomme la Grand-Mère. Cette dernière aurait alors demandé en échange que chaque fille de Malombre lui soit envoyée lors de ses premières règles. Quand vient le tour de Rouge, la jeune fille ne sait pas à quoi s’attendre : son sort sera-t-il meilleur ou pire que ce qu’elle connaît au village ?

On retrouve dans ce roman des influences d’œuvres classiques comme Le Petit chaperon rouge et Blanche-Neige et d’autres plus récentes telles que L’Exorciste ou encore Carrie. L’auteure y saupoudre des termes issus du vieux français (destre pour droite par exemple) ou d’un langage plus étonnant dont on a moins l’habitude (la ménarche pour parler des premières règles, notamment), ce qui confère au style du récit une note assez spéciale et presque déroutante qui sied bien à son cadre spatio-temporel, dans lequel on est ainsi totalement immergé. À l’instar des conditions de vie des habitants du village de Malombre, cette histoire est dure, toujours, et très crue, parfois. Lorsque l’on pense que la situation ne pourrait pas être pire, elle le devient. Toutefois, l’écriture reste assez élégante pour ne pas rebuter complètement le lecteur. Pascaline Nolot parvient à rendre une scène décrivant un personnage se faisant déchiqueter par des loups presque poétique derrière le gore et on prend un mal(sa)in plaisir à suivre les mésaventures de Rouge dans cet univers de conte détraqué. Mais l’aspect le plus frappant et révoltant du roman est son discours social dissimulé derrière la dimension fantastique, son utilisation de figures fictives pour évoquer la réalité, son ancrage dans une époque ancienne pour refléter l’actualité. Car plus que de parler de sorcellerie ou de diable, ce livre raconte l’histoire d’une mère et de sa fille confrontées aux croyances archaïques et aveugles de villageois et au véritable mal à l’état pur : la mesquinerie et l’égoïsme d’un homme qui veut se faire passer pour celui qu’il n’est pas. Il est effectivement question de magie noire et de cadavres putrides ressuscités dans cet ouvrage, mais la vraie horreur que celui-ci présente ne réside pas tant dans les moments sanglants comme celui évoqué plus haut que dans le fait d’aborder des sujets mis en lumière par le mouvement « Me too » notamment, ceux du consentement, du viol, du traumatisme. Voici donc une histoire profondément féministe, troublante et déchirante, pas toujours des plus faciles à lire, mais qui s’inscrit parfaitement dans son époque et ses préoccupations sociales.

Présentation par l'éditeur

Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups. C’est là que survit Rouge, rejetée à cause d’une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu’il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par

Du même auteur

Eliott et la bibliothèque fabuleuse

Roman
à partir de 9 ans